Conférence Violence, rapports de sexe et néolibéralisme

Jules Falquet donnera la Conférence Violence, rapports de sexe et néolibéralisme, le 18 octobre, 17h, au Foyer du Studio-théâtre Alfred-Laliberté (UQAM). Jules Falquet croise différents niveaux d’analyse (féministe, antiraciste et anticapitaliste) pour rapprocher des perspectives généralement cantonnées à des sphères séparées. Proximité troublante de la torture avec la violence domestique (au Salvador)… Création de la classe masculine des “frères d’armes” par le service militaire (en Turquie)… Diffusion des techniques de guerre de basse intensité (au Mexique)… Perpétuation (néo)-coloniale des violences contre les femmes indiennes (au Guatemala)… 

À propos de son dernier ouvrage paru : Pax neoliberalia . Perspectives féministes sur (la réorganisation de) la violence
Ce livre est un essai sur l’emploi méthodique de la coercition au service de la mondialisation néolibérale. L’instrumentalisation d’une violence en apparence “aveugle”, mais en réalité aussi contrôlée qu’implacable, dessine le fil rouge reliant entre eux les quatre textes qui le composent. En révélant les continuités qui rattachent la violence misogyne aux méthodes coercitives militaropolicières, cette approche met à jour les logiques genrées de la “gouvernance” mondialisée, ici nommée, par antiphrase, Pax neoliberalia.

Pour plus d’information : ricci.sandrine@uqam.ca

Événement Facebook