À la une

Au coeur de la mouvance Féministe : Les films de Sophie Bissonnette

La Cinémathèque québécoise, le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) et notre membre et réalisatrice Sophie Bissonnette sont fiers d’annoncer la mise en ligne du dossier thématique « Au coeur de la mouvance Féministe, les films de Sophie Bissonnette », offrant aux internautes une immersion dans les films documentaires réalisés par la cinéaste entre 1978 et 2020.
Ce dossier thématique fait redécouvrir les oeuvres d’une artiste engagée qui a su mettre en lumière les luttes féministes tout au long de sa carrière. C’est en donnant une voix aux femmes le plus souvent ignorées par l’Histoire que Sophie Bissonnette a contribué à lever le voile sur des réalités méconnues et à l’émergence d’une perspective féministe à l’écran au Québec.
Tous les films sont disponibles gratuitement sur le site de la Cinémathèque québécoise. Des textes rédigés et édités par la cinéaste et par la sociologue Francine Descarries, dans un dossier réunissant plusieurs chercheures invitées, témoignent du contexte de création et des enjeux abordés dans chacune des oeuvres. Des films, des photographies de tournage et des archives issues des collections de la Cinémathèque, ainsi que des entrevues exclusives, font partie de ce dossier.

AU COEUR DE LA MOUVANCE FÉMINISTE, LES FILMS DE SOPHIE BISSONNETTE comprend des heures de contenu portant sur les films suivants :
• Une histoire de femmes
• « Quel numéro What number » ou le travail automatisé
• Le plafond de verre
• L’amour… à quel prix?
• Des lumières dans la grande noirceur
• Madeleine Parent, tisserande de solidarité
• ’49 un souffle de colère
• Près de nous
• Partition pour voix de femmes
• Sexy inc. Nos enfants sous influence
• Après la cinquantaine dondaine
• Récits Migratoires
• Le corps dans tous ses états
• Eva Cayer, Une infirmière au front (documentaire audio)

Pour accéder au dossier thématique, cliquez ici.

Pour lire le communiqué de Presse, cliquez ici.

Colloque Francine Descarries – Figure de proue du féminisme québécois

Le Réseau québécois en études féministes est fier d’organiser un colloque en l’honneur du travail intellectuel et de l’engagement de Francine Descarries. Cet événement aura lieu les 21 et 22 octobre 2021.

Plus de détails seront disponibles bientôt. Restez à l’affût !

Graphisme : Martine Frossard

Lauréates des bourses d’excellence RéQEF – Université féministe d’été U. Laval (2021)

Le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) a le plaisir d’annoncer les lauréates des bourses de 300$ à l’étudiante de premier cycle et à l’étudiante de deuxième ou troisième cycle ayant obtenu la note finale la plus élevée pour ses travaux réalisés pour les cours offerts par l’Université féministe d’été de l’Université Laval, édition 2021.

Nos plus chaleureuses félicitations à :

  • Sophie Bergeron
  • Florence Côté
  • Christelle Lison

« Empreintes de résistance Filiations et récits de femmes autochtones, noires et racisées »

Le livre « Empreintes de résistance Filiations et récits de femmes autochtones, noires et racisées » d'Alexandra Pierre (Relais-femmes) vient de paraître aux Éditions du remue-ménage. Avec la participation de Avni, Dalila Awada, Naïma Hamrouni (philosophie, UQTR), Widia Larivière, Marlihan Lopez (Institut Simone-de Beauvoir), Abisara Machold, Hirut Melaku, Sheetal Pathak et Alejandra Zaga Mendez. Continuer la lecture de « « Empreintes de résistance Filiations et récits de femmes autochtones, noires et racisées » »

Capsules infographiques du Pôle violence

Ayant pour objectif de promouvoir la recherche féministe sur la violence, le Pôle violence du RéQEF a lancé ses capsules infographiques qui synthétisent quelques-uns des éléments-clés d’une approche féministe de la violence, en présentant plus particulièrement le concept de continuum et en déconstruisant l’argument de la symétrie des violences. La violence est un des enjeux au cœur des mouvements féministes et la recherche sur le sujet est aujourd’hui encore d’une importance majeure. Continuer la lecture de « Capsules infographiques du Pôle violence »