À la une

Regards croisés sur les antiféminismes

Le 30 avril 2019, le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) et l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM (IREF)coorganiseront deux événements à l’occasion de la sortie de l’ouvrage collectif «Antiféminismes et masculinismes d’hier et d‘aujourd’hui», paru aux Presses universitaires de France et codirigé par Mélissa Blais (IREF, UQAM et membre du RéQEF), Christine Bard (Université d’Angers) et Francis Dupuis-Déri (science politique, UQAM et membre du RéQEF).
Cet ouvrage fait suite au colloque « Antiféminismes et masculinismes » coorganisé en mars 2017 à l’Université d’Angers (France) par le Chantier sur l’antiféminisme du RéQEF et le groupe Genre et discriminations sexistes et homophobes (GEDI).

Colloque
Le colloque « Regards croisés sur les antiféminismes » aura lieu de 14h à 16h30, à l’UQAM (salle DS-1950).

Programme :
14h à 15h 
Panel 1 : Antiféminismes : quelques formes actuelles 
Diane Lamoureux (professeure associée en science politique à l’Université Laval) 
L’antiféminisme comme conservatisme
Héloïse Michaud (doctorante en science politique à l’UQAM)
“Parce que mon copain me traite bien” : étude du tumblr “Women against feminism”

Pause : 15h-15h15

15h15 à 16h15
Panel 2 : L’antiféminisme de l’extrême gauche à l’extrême droite
Francis Dupuis-Déri (professeur en science politique à l’UQAM)
Proudhon : un anarchiste misogyne et antiféministe 
Christine Bard (professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers)
L’antiféminisme dans l’hebdomadaire d’extrême droite “Minute“ ou l’intersectionnalité des haines

Animation : Francine Descarries (Directrice du RéQEF)

Adresse : 
320 Rue Sainte-Catherine E, Montréal
Métro Berri-UQAM
Évènement accessible aux personnes à mobilité réduite (https://carte.uqam.ca/#pointsdinteret/debarcaderes)

Évènement Facebook

Lancement
Le 5 à 7 de lancement de l’ouvrage «Antiféminismes et masculinismes d’hier et d‘aujourd’hui » aura lieu à L’Euguélionne, en présence des auteurs/trices. 

Résumé de l’ouvrage : 
L’antiféminisme n’est pas une tare du passé. En ont récemment témoigné le « Printemps des pères », la « Manif pour tous », l’opposition à la « théorie du genre » ou encore, de manière tragique, l’attentat, à Toronto, d’un homme se réclamant du mouvement des « célibataires involontaires ». Ces phénomènes, pour être compris et combattus, doivent aujourd’hui être situés dans une perspective historique.
En analysant différentes expressions de l’antiféminisme depuis le XIXe siècle, dont celui porté par des femmes, les auteurs réunis autour de Christine Bard démontrent la vitalité historique du combat contre les droits des femmes et ses divers points de contact avec l’homophobie et le racisme. Une attention particulière est portée aux controverses provoquées par le masculinisme, volontiers victimaire, au sujet des « droits des pères » et des violences entre les sexes.
L’ensemble constitue une réponse inédite et nécessaire à un phénomène en pleine expansion.

Lien vers le site de l’éditeur : https://www.puf.com/content/Antiféminismes_et_masculinismes_dhier_et_daujourdhui

Adresse :
1426, rue Beaudry, Montréal
Métro Beaudry
Accessibilité

Évènement Facebook

Graphisme : Jade Langevin

Penser l’inclusivité des femmes et des filles en situation de handicap et Sourdes : enjeux et défis pour la recherche féministe

Le 26 avril 2019 aura lieu le colloque annuel du RéQEF intitulé « Penser l’inclusivité des femmes et des filles en situation de handicap et Sourdes : enjeux et défis pour la recherche féministe » de 9h à 17h30, à l’UQAM (salle D-R200)

L’ entrée est libre, mais l’inscription est obligatoire

Organisé par le RéQEF, en collaboration avec le Réseau d’action des femmes handicapées du Canada, ce colloque propose de réfléchir aux enjeux relatifs aux femmes en situation de handicap et Sourdes dans une perspective féministe et intersectionnelle. 

Au Canada, une femme sur cinq vit avec un handicap. Pourtant, leurs expériences et perspectives demeurent invisibilisées dans le champ de la recherche féministe francophone où la quasi-absence d’analyse sur les oppressions fondées sur le handicap et le concept de capacitisme (Masson, 2013) est criante. Dans un contexte où 45% des victimes de crimes violents autodéclarés au Canada sont des femmes en situation de handicap (DAWN Canada 2019) et que ces dernières continuent d’expérimenter d’importantes contraintes dans tous les aspects de leur vie, il devient urgent d’inscrire cette problématique au sein des recherches féministes francophones.

Alliant expériences et réflexions théoriques, le présent colloque se veut l’occasion d’un dialogue entre chercheures, étudiantes et militantes pour contribuer au développement d’une perspective féministe intersectionnelle qui dépasse l’interprétation naturaliste « femmes et handicap ». 


Programme :

9h à 10h30
Panel 1 : Femmes, féminismes et capacitisme

Maude Massicotte (militante, porte-parole et directrice de DefPhys sans limite)
Un pas à la fois pour une société inclusive

Dominique Masson (professeure en études féministes, Université d’Ottawa)
Intersectionnalité et capacitisme : enjeux pour la recherche féministe

Sonia Alimi (doctorante en sociologie à l’UQAM, coordonnatrice de recherche du RAFH Canada et membre du RéQEF)
Le capacitisme à l’intersection du sexisme, racisme et colonialisme

Animation : Ryoa Chung (professeure de philosophie à l’UdeM et membre du RéQEF)

10h30 à 11h : Pause

11h à 12h30
Panel 2 : Enjeux de violences

Isabelle Boisvert (doctorante en psychologie à l’UQAM)
Les agressions sexuelles et les violences obstétricales subies par les femmes en situation de handicap : deux violences trop longtemps occultées

Rose-Anne Gosselin (membre de la Première Nation algonquine de Timiskaming et conseillère régionale pour la CDRHPNQ)
L’impact de la violence sur la santé mentale des femmes autochtones

Karine-Myrgianie Jean-François (gestionnaire principale de projets du RAFH Canada)
Capacitisme : L’oubliée de l’intersectionnalité

Animation : Geneviève Rail (professeure à l’Institut Simone-De Beauvoir et membre du RéQEF)

12h30 à 14h : Pause dîner

14h à 15h30
Panel 3 : Stratégies et luttes pour l’accessibilité

Linda Gauthier (co-fondatrice et présidente du RAPLIQ et parmi les 40 défenseuses/défenseurs en vertu de la CDPDJ)
Profession Activiste

Véronique Leduc (professeure de communications à l’UQAM)
Déconstruire l’audisme et le capacitisme

Nelly Bassily (gestionnaire des initiatives jeunesse et des relations internationales du RAFH Canada) et Rose-Sabine Laurore (assistante administrative du RAFH Canada)
« Filles sans barrières », les filles et jeunes femmes en situation de handicap : constats et actions

Animation : Mélissa Thériault (professeure philosophie & arts à l’Université du Québec à Trois-Rivières et membre du RéQEF)

15h30 à 16h : pause

16h à 17h30 Discussion collective
Animation : Catherine Théroux (agente de projet à la Table des Groupes de Femmes de Montréal)

Évènement Facebook

10 bonnes pratiques pour favoriser la représentation des femmes expertes

Quand les experts masculins sont surreprésentés dans des conférences ou des médias, cela contribue à perpétuer des inégalités de genre et un biais négatif envers les expertes femmes, particulièrement celles issues de la diversité. Fidèle à sa mission de promouvoir les études féministes et dans l’effort de contribuer à favoriser la visibilité des femmes scientifiques et expertes, le RéQEF lance son guide des 10 bonnes pratiques pour favoriser la représentation des femmes expertes dans les conférences et les médias. Cet outil est téléchargeable gratuitement en cliquant sur l’image ci-bas.

Un guide à consulter, à imprimer et à partager grandement !

Graphisme : Jade Langevin

Appel à communications : « Le genre des STIM : enjeux et pistes d’action » – ACFAS 2019

Le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) lance un appel à communications pour la table ronde qu’il organise dans le cadre du 87e Congrès de l’ACFAS à l’Université du Québec en Outaouais (UQO), le mardi 28 mai 2019.

La table ronde 12 « Le genre des STIM : enjeux et pistes d’action » vise à susciter une réflexion-bilan autour de la question de l’efficacité des mesures et des actions mises de l’avant par les institutions d’enseignement et les instances gouvernementales pour éliminer les barrières à l’orientation des jeunes femmes, et des jeunes filles vers les métiers scientifiques et technologiques, et pour renforcer leur position dans des univers traditionnellement masculins. 

Merci de nous faire parvenir votre proposition de communication :
Titre de la proposition : 180 caractères maximum, espaces compris
Résumé de la proposition : 1 500 caractères, espaces compris

Date limite d’envoi des propositions : 1er mars 2019
à l’attention de Francine Descarries : descarries.francine@uqam.ca

Cliquez ici pour voir l’appel sur le site de l’Acfas.

Rapport « L’aliénation parentale : Stratégie d’occultation de la violence conjugale? »

Soutenu par le RéQEF en collaboration avec le Collectif de recherche féministe anti-violence (FemAnVie), à travers son Chantier de recherche sur l’antiféminisme du Réseau québécois en études féministes, le rapport « L’aliénation parentale : Stratégie d’occultation de la violence conjugale? » est désormais disponible. Il a été produit par nos membres Isabelle Côté (service social, U. Laurentienne), Simon Lapierre (service social, U. Ottawa) ainsi que par Francis Dupuis-Déri (science politique, UQAM).

Pour citer le rapport : Côté, Isabelle, Simon Lapierre et Francis Dupuis-Déri (2019). L’aliénation parentale : Stratégie d’occultation de la violence conjugale?  Rapport de recherche. U. Ottawa, RéQEF, IREF et FemAnVie. 15 pages.

Guide pour faire de la recherche féministe participative

Le lancement du Guide pour faire de la recherche féministe participative, préparé par nos membres Myriam Gervais (Études féministes, McGill),  Caroline Caron (sciences sociales, UQO) et Sandra Weber, avec le soutien du RéQEF, aura lieu le 11 septembre 2018 à la librairie L’Euguélionne. Ce guide présente les éléments clés de la recherche féministe participative et explique comment concevoir et réaliser un projet de recherche s’inspirant de ses principes directeurs. Cet outil s’adresse principalement aux étudiantes et aux étudiants gradués souhaitant entreprendre une recherche féministe participative, mais également pour toutes celles et ceux désirant recourir à l’usage de méthodes visuelles participatives pour inclure les savoirs des filles et des femmes aux savoirs féministes.

Événement Facebook ici.

Lauréates des Bourses d’excellence RéQEF – Institut d’été de l’Institut Simone-de Beauvoir (2018)

Le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) a le plaisir d’annoncer les personnes lauréates des deux bourses de 300 $ offertes aux étudiant·e·s inscrit·e·s à l’Institut d’été de l’Institut Simone-de Beauvoir ayant obtenu les meilleures notes finales.

Nos plus chaleureuses félicitations à :

  • Hannah Ciordas
    Premier cycle en études des femmes à l’Université Concordia
  • Catherine Howells
    Maîtrise au programme Educational Studies à l’Université Concordia

9e classe magistrale du RéQEF : « Féminisme matérialiste, imbrication des rapports sociaux et perspectives décoloniales »

Appel à participation à la 9e classe magistrale du RéQEF intitulée « Féminisme matérialiste, imbrication des rapports sociaux et perspectives décoloniales ». Organisée par nos membres Elsa Galerand et Francine Descarries (sociologie, UQAM), cette activité aura lieu le 16 octobre 2018, à l’Université du Québec à Montréal. Cette activité se déroulera en présence de Jules Falquet (Université Paris-Diderot) qui agira à titre de discutante principale.

Cette 9e classe magistrale du RéQEF s’adresse aux doctorant∙e∙s qui s’inscrivent dans une démarche d’actualisation, de prolongement ou de renouvèlement critique des analyses issues du féminisme matérialiste, à l’aune des théories féministes imbricationnistes1 ou décoloniales. La rencontre a été conçue comme une occasion de réfléchir aux apports et limites des différentes propositions qui participent de ce renouvèlement, aux éclairages et aux angles morts qu’elles sont susceptibles de produire, à ce qu’elles impliquent en termes de construction d’objets et de questionnements.

Les étudiant∙e∙s sont invité∙e∙s à un travail réflexif sur leur mobilisation des conceptualisations féministes matérialistes, sur la manière dont celles-ci sont articulées, travaillées et mises à l’épreuve par les différents objets de recherche, notamment au regard des débats qui animent actuellement la réflexion sur l’imbrication des rapports de pouvoir et des conflits sociaux.

Consultez l’appel à participation ici.

Les étudiant∙e∙s intéressé∙e∙s à participer à la classe magistrale sont invité∙e∙s à soumettre un résumé de projet de communication (environ 1000 signes, espaces compris, avec indication de l’institution d’attache et le nom de la directrice ou du directeur de thèse) avant le 6 septembre 2018 aux deux responsables de la classe magistrale : galerand.elsa@uqam.ca et descarries.francine@uqam.ca 

COMMUNIQUÉ – Soutien au Syndicat des professeur·e·s de l’UQTR

Montréal, le 14 mai 2018 – Le RéQEF tient à exprimer l’appui solidaire de ses membres au Syndicat des professeur·e·s de l’Université du Québec à Trois-Rivières (SPPUQTR).

Il déplore les sérieuses conséquences tant pour les étudiant·e·s et les professeur·e·s que pour l’ensemble de la communauté universitaire du décret de lock-out émis par l’administration de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Il fait appel aux responsables de l’administration de l’UQTR pour mettre un terme au lockout et pour négocier avec le SPPUQTR une entente respectueuse du travail des professeur·e·s et de leur contribution à la vie académique et au développement de l’UQTR.

Cliquez ici pour la version en PDF.

Renseignements :
Francine Descarries
Directrice du RéQEF
514.987.3000 poste 5133
descarries.francine@uqam.ca

Lauréat·e·s des bourses de doctorat (2017-2018)

Conformément à sa mission dédiée au développement de la recherche avec une perspective féministe et au soutien des étudiantes dans leur parcours universitaire, le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) a établi un programme de bourses doctorales. Pour cette 3e édition du concours, le RéQEF a le plaisir d’annoncer les lauréat·e·s des deux bourses d’excellence d’un montant de 4 000 $ décernées à ses étudiant·e·s membres ou dirigé·e·s par une professeure membre, destinées à les appuyer à l’étape de rédaction de leur thèse.

Nos plus chaleureuses félicitations à :

  • Ariane Gibeau
    Doctorante en études littéraires à l’UQAM
  • Kevin Lavoie
    Doctorant en sciences humaines appliquées à l’Université de Montréal

Lauréates des bourses d’excellence à la maîtrise (2017-2018)

Conformément à sa mission dédiée au développement de la recherche avec une perspective féministe et au soutien des étudiantes dans leur parcours universitaire, le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) a établi un programme de bourses d’excellence. Pour cette première édition du concours de bourses de maîtrise, le RéQEF a le plaisir d’annoncer les lauréates du concours de bourses d’excellence de 2 000 $ décernées à ses étudiantes membres ou dirigées par une professeure membre, destinées à les appuyer à l’étape de rédaction de leur mémoire.

Nos plus chaleureuses félicitations à :

  • Charlotte Comtois
    Candidate à la maîtrise en études françaises à l’Université de Sherbrooke
  • Marilou Tanguay
    Candidate à la maîtrise en histoire à l’Université de Montréal

Nous leur souhaitons beaucoup de succès dans la poursuite dans leurs études !

Lauréates des Bourses d’excellence RéQEF – Université Féministe d’été (U. Laval) 2017

Le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) a le plaisir d’annoncer les lauréates des bourses de 300$ à l’étudiante de premier cycle et à l’étudiante de deuxième ou troisième cycle ayant obtenu la note finale la plus élevée pour ses travaux réalisés pour les cours offerts par l’Université féministe d’été de l’Université Laval, édition 2017.

Nos plus chaleureuses félicitations à :

  • Mystia Youinou
    Étudiante au baccalauréat en philosophie à l’Université Laval
  • Olivia Roy-Malo
    Doctorante en anthropologie à l’Université Laval

Lauréates des Bourses d’excellence RéQEF – Institut d’été de l’Institut Simone-de Beauvoir (2017)

Le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) a le plaisir d’annoncer les lauréates des deux bourses de 300 $ offertes aux étudiant.e.s inscrites à l’Institut d’été de l’Institut Simone-de Beauvoir ayant obtenu les meilleures notes finales.

Nos plus chaleureuses félicitations à :

  • Nènè Myriam Konate
    Étudiante à la majeure en études des femmes à l’Université Concordia 
  • Rachel Romano
    Étudiante au certificat en études des femmes à l’Université Concordia

Lauréates des bourses d’excellence à la maîtrise RéQEF-UQAM

Le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) a le plaisir d’annoncer les lauréates du concours de bourses d’excellence à la maîtrise du RéQEF-UQAM d’un montant de 2 000 $ chacune offertes aux étudiant.e.s de deuxième cycle à l’Université du Québec à Montréal et destinées à les appuyer à l’étape de rédaction de leur mémoire.

Nos plus chaleureuses félicitations à :

  • Amandine Gay
    Étudiante à la maîtrise en sociologie
  • Pascale Laplante-Dubé
    Étudiante à la maîtrise en études littéraires, concentration en études féministes

Nous leur souhaitons beaucoup de succès dans la poursuite dans leurs études à la maîtrise !

Programme de bourses d’excellence et de soutien à la mobilité

Lauréate d’une des deux bourses doctorales pour l’année 2016-2017 : Stéphanie Mayer, Science politique, Laval, sous la direction de Diane Lamoureux. Avec la directrice du RéQEF, Francine Descarries.

Conformément à sa mission dédiée au développement de la recherche avec une perspective féministe et au soutien des étudiant.e.s dans leur parcours universitaire, le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) a établi un programme de bourses d’excellence (maîtrise et doctorat) et de soutien à la mobilité. Le RéQEF attribue également 4 bourses de 300 $ chacune aux étudiant.e.s ayant obtenu la note finale la plus élevée pour leurs travaux réalisés dans le cadre du cours de premier ou deuxième cycle de l’Université féministe d’été (Université Laval – 2 bourses) ou à l’Institut d’été de l’Institut Simone-de Beauvoir (Concordia – 2 bourses).

Pour en savoir plus, cliquez ici.