Activités

ACFAS 2018 : Dialogue interdisciplinaire sur l’enseignement dans une perspective de changement social : entre valeurs égalitaires et pratiques discriminantes, comment s’en sortir?

Organisé dans le cadre du 86e Congrès de l’ACFAS et sous l’égide du Réseau québécois en études féministes (RéQEF), le Colloque 619 « Dialogue interdisciplinaire sur l’enseignement dans une perspective de changement social : entre valeurs égalitaires et pratiques discriminantes, comment s’en sortir? », co-organisé par nos membres Francine Descarries (UQAM), Anastasie Amboulé Abath (UQAC), Joëlle Magar (UQAM), Anne Martine Parent (UQAC) et Sandrine Ricci (UQAM), aura pour sujet la persistance et les reconfigurations des formes de discrimination dans le champ de l’éducation et de l’enseignement.

Dans un contexte où les institutions d’enseignement sont soumises à des impératifs de productivité et des logiques de concurrence, où les inégalités sont naturalisées via des concepts empruntés aux neurosciences au détriment d’une approche sociologique, mais aussi par la prégnance des discours masculinistes et la dénégation des discriminations liées à l’origine ou le sexe, les exposés et les discussions visent à faire avancer la réflexion logée au coeur des questions suivantes : comment se doter des outils critiques propices à l’élaboration d’un cadre éducatif porteur d’émancipation ? Comment générer un processus de conscientisation du corps enseignant qui prenne en compte les positions des un.e.s et des autres dans les rapports sociaux ? Comment actualiser les positionnements qui peuvent en découler ? Enfin, quelles sont les pratiques pédagogiques à développer pour favoriser une meilleure compréhension de la dynamique des rapports sociaux, de même que le développement d’une position réflexive sur les effets des différents rapports de pouvoir à l’œuvre dans le champ de l’éducation et de l’enseignement.

Dans la dernière partie du colloque, sous le thème “Savoirs, pratiques et défis : faire de la recherche et de l’enseignement féministes dans différents contextes”, une invitation est lancée à tous ceux et celles qui souhaitent participer à un échange sur les enjeux et les défis que rencontrent les enseignant.e.s en études féministes et ceux et celles qui inscrivent une perspective féministe ou de genre dans leur enseignement. Les questions suivantes seront mises en discussion : quels sont les plus importants défis que vous ayez à relever en tant que chercheures et enseignantes féministes considérant votre ancrage géographique et institutionnel ? Quels sont les problèmes et enjeux spécifiques qui, selon vous, confrontent actuellement le développement des études et de la recherche féministes et, enfin, quelles stratégies vous apparaissent les plus efficaces pour les surmonter ? Par ailleurs, peu de recherches ont été menées à ce jour au sujet de l’intégration de la classe virtuelle au sein des pratiques d’enseignement féministe. Une question s’impose de ce point de vue : comment envisager le développement de l’enseignement en ligne pour offrir des solutions aux problèmes structurels et aux défis éducationnels auxquels font face les femmes, surtout hors des grandes villes universitaires ? Ou encore, quel peut être l’apport de l’enseignement en ligne pour les études féministes au regard des formules pédagogies et du rôle très important du groupe dans les cours d’études féministes ?

Le colloque aura lieu le 7 mai 2018 de 9h à 17h, suivi d’un Vin de la solidarité offert par le RéQEF, à l’UQAC.

Consultez le programme du colloque et l’évènement Facebook.

Marathon d’édition Wikipédia Femmes + SciencesHumaines

Dans l’objectif de contribuer à la production de savoirs en français sur les femmes et le féminisme dans Wikipédia, le Réseau québécois en études féministes organisait de nouveau un Marathon d’édition, en collaboration avec le Service des bibliothèques de l’UQAM et l’Association des étudiants et étudiantes des cycles supérieurs en sociologie de l’UQAM, le 9 mars 2018 entre midi et 18h, à la Bibliothèque centrale de l’UQAM (Local A-M204, Pavillon Hubert-Aquin, 400, rue Sainte-Catherine Est). Après Art+féminisme en 2017, le thème retenu était les femmes en sciences humaines et sociales.

CONTRIBUER EN LIGNE
Vous pouviez participer à ce marathon d’édition en ligne à compter du vendredi 9 mars 2018, sur cette page.

PARTICIPER EN PERSONNE
Vous pouviez aussi participer en personne : le 9 mars, entre midi et 18h au local A-M204 de la Bibliothèque centrale de l’UQAM* avec des ordinateurs, des ressources documentaires pour « sourcer » les articles, ainsi que des rafraichissements et des collations. Une formation d’initiation aux règles de publication sur Wikipédia était offerte en début de séance et des personnes-ressources, notamment des bibliothécaires, étaient sur place pendant toute la durée de l’activité.

SUGGÉRER DES NOMS
Nous sollicitions aussi la contribution des internautes pour proposer des noms de pages à bonifier ou créer.
Trois grandes catégories pouvaient inspirer vos propositions de femmes investies dans les domaines des sciences humaines et sociales, contemporaines ou d’une époque antérieure :
1) Intellectuelles marquantes du Québec
2) Penseures des Suds
3) Féministes d’ici et d’ailleurs
Vous pouviez proposer directement dans le document Google créé à ces fins.

Consultez l’événement Facebook de la journée, notre site web ainsi que son annonce sur le site du CDEACF.

Notre partenaire, l‘Institut Femmes, Sociétés, Égalité et Équité organisait également une journée d’édition spéciale « Jeudi c’est Wiki à Québec! », le 8 mars de 18 h 30 à 21 h, à la bibliothèque de l’Université Laval.


 

 

Solidarités transféministes – Conférence de Chamindra Weerawardhana

Le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) a le plaisir d’accueillir Chamindra Weerawardhana pour une conférence (en français) intitulée « Solidarités transféministes dans un contexte international peu solidaire ». La conférence avait lieu le 22 février 2018, 17h30, à l’UQAM (Salle DS1950, pavillon J.-A.-DeSève). Rafraichissements et grignotines offerts sur place.

Entrée libre, mais inscription requise par courriel : veronica.reqef@gmail.com

Pour voir l’événement Facebook : https://www.facebook.com/events/1956269374634372/

THÉMATIQUE DE LA CONFÉRENCE
Nous vivons dans un contexte international marqué par l’avènement de l’ère Trump et le renforcement des actions d’une extrême droite qui abandonne peu à peu sa position aux marges de la société afin d’y jouer un rôle central, bénéficiant de la normalisation de ses discours discriminatoires et haineux. En s’appuyant sur des exemples récents de transphobie au sein de l’armée américaine et du Parti travailliste britannique, la conférencière montrera comment la position déterminante d’une conception binaire du genre ‘homme – femme’ (dans cet ordre, favorisant l’homme) ou, plus précisément, l’opposition ‘homme cis – femme cis’, se trouve renforcée par ce contexte, à l’encontre de toute identités ou existences qui ne correspondraient pas à l’idéologie de la « différence des sexes ».

Face à de telles situations, il apparait d’une importance capitale de revisiter la thématique des solidarités féministes intersectionnelles, afin de favoriser un dialogue alimenté par les féminismes autochtones, les discours et activismes afroféministes et les épistémologies féministes provenant du « Sud global ». La conférence abordera ces questions en mobilisant un discours transféministe, qui reste peu compris et dont le potentiel s’avère marginalisé dans les milieux féministes internationaux.

LA CONFÉRENCIÈRE
Spécialiste des questions de politique internationale, des identités et politiques transgenres, de/s transféminisme/s et des intersectionnalités, Chamindra Weerawardhana est actuellement chercheuse associée au Centre for Gender, Feminisms and Sexualities de la University College Dublin.
De nationalité sri-lankaise, Chamindra a effectué ses études supérieures en France et au Royaume-Uni; elle détient un doctorat en science politique.
Membre du comité exécutif du Parti travailliste en Irlande du Nord, où elle est également chargée des affaires LGBTQI, elle milite aussi en lien avec la justice reproductive pour les personnes trans.
Son premier ouvrage, Decolonizing Peacebuilding, sera publié prochainement.

PUBLICATIONS RÉCENTES
Weerawardhana, Chamindra, 2018. ‘Profoundly Decolonising? Reflections on a Transfeminist Perspective of International Relations’. Meridians, 18:1, 184-213. https://muse.jhu.edu/article/679260
Weerawardhana, Chamindra, 2018. (à paraître) “What is it about ‘fuck off’ you don’t understand?” The NILRC and politics of the Left in Northern Ireland. Labour History.
Weerawardhana, Chamindra. 2018. (à paraître) ‘A Transfeminist perspective on development work’. Routledge Handbook on Development Studies.
Pour plus d’informations, veuillez visiter : www.chamindra-weerawardhana.net

La gouvernance autochtone au féminin

Le RéQEF était fier partenaire de l’école d’été « La gouvernance autochtone au féminin » qui avait lieu du 31 juillet au 11 août 2017 à l’UQAM et dont l’objectif était de mieux outiller des dirigeantes autochtones dans un milieu encore dominé par les hommes.

Cette école d’été a eu une belle couverture médiatique. Elle a été cité dans l’article « Neuf dirigeantes autochtones participent à une école d’été à compter de lundi » dans la revue L’actualité, le 30 juillet 2017 et a fait l’objet d’un reportage à l’émission News Montréal de la CTV, le 1er août 2017. L’école a également été mentionnée dans l’article « Leadership autochtone au féminin: par-delà le selfie » dans le journal Metro du 2 août 2017, dans l’article « Le leadership autochtone féminin » dans le journal Metro du 3 août 2017 et dans l’article « Leadership autochtone au féminin » dans les Actualités UQAM du 3 août 2017. Finalement, on la mentionne dans l’article « Passer à la reconnaissance universitaire » dans le Montréal Campus du 14 août 2017.