Activités

Colloque Résistances des femmes autochtones dans les Amériques

Les 4, 5 et 6 septembre 2019 avait lieu l’Agora Hydro-Québec (CO-R500), Pavillon Cœur des sciences, UQAM, Tiohtiá:ke (Montréal) la 2e édition du colloque intitulé « Résistances des femmes autochtones dans les Amériques ». Ce colloque a rassemblé plus d’une trentaine de femmes à travers les Amériques et s’est déroulé en présence de la ministre responsable des Affaires autochtones, Sylvie D’amour et de Magda Fusaro, rectrice de l’UQAM. Plus de 500 personnes étaient présentes au colloque lors de ces trois journées.

Continuer la lecture de « Colloque Résistances des femmes autochtones dans les Amériques »

Colloque 12 – Le genre des STIM : enjeux et pistes d’action (Acfas 2019)

Le colloque 12 « Le genre des STIM : enjeux et pistes d’action » avait lieu le mardi 28 mai 2019 de 9h à 15h30, au Pavillon Alexandre-Taché de l’UQO (local F0129-0130)

Organisée par le RéQEF dans le cadre du 87e congrès de l’Acfas, ce colloque visait à susciter une réflexion-bilan collective autour de la question de l’efficacité des mesures et des actions proposées par les établissements d’enseignement et les instances gouvernementales pour éliminer les barrières à l’orientation des jeunes femmes et des jeunes filles vers les métiers scientifiques et technologiques dès le niveau secondaire, et renforcer leur position dans des univers traditionnellement masculins.

Programme :
Animation par Francine Descarries (directrice scientifique du RéQEF)

9h à 10h30
▷ Eve Langelier (UdeS)
Observations et réflexions à propos de la sous-représentation des femmes en sciences et en génie
▷ Louise Caroline Bergeron (UQAM)
Ces sciences qui ignorent leurs sexismes, et les femmes qui s’y intéressent

Discussion

10h30 à 11h05 : Pause

▷ Donatille Mujawamariya (U. Ottawa)
Femmes en génie : du constat numérique à l’action pédagogique
▷ Laurence Clennett-Sirois (Conseil de recherches en sciences naturelles et génie et membre du RéQEF)
Équité, diversité et inclusion en sciences naturelles et génie : leçons apprises et pistes d’action au Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada

Discussion

12h30 à 14h: Pause dîner

14h à 15h30
▷ Diane Gagné (ressources humaines, UQTR et membre du RéQEF)
De femmes « opérateurs » à technicienne en pétrochimie : qu’est-ce qui achoppe?
▷ Fanny Eugène (Fonds de recherche du Québec)
Femmes en recherche au Québec : en quête d’un changement de culture et de pratiques


Pour plus de détails sur les participantes de la table ronde, visitez notre site web : https://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/87/enjeux-recherche/12/c

Adresse :
283 Boul Alexandre-Taché, Gatineau

Consultez la carte sur l’accessibilité des lieux ici :
https://uqo.ca/sites/default/files/fichiers-uqo/Handicap/065001_sesh_pro_14012014_mbh_plansuqo_brault.pdf


LES CHERCHEUR·E·S DU RÉQEF À L’ACFAS 2019

Plusieurs de nos membres participaient au 87e Congrès de l’ACFAS qui avait lieu du 27 au 31 mai 2019 à l’Université du Québec en Outaouais

Colloque RéQEF

Colloque 12 – Le genre des STIM : enjeux et pistes d’action
mardi 28 mai 2019 de 9h00 à 15h30
Pavillon Alexandre-Taché (local F0129-0130)
Évènement Facebook

  • Francine Descarries(directrice du RéQEF) responsable de ce colloque.
  • Laurence Clennett-Sirois(science de l’éducation, UQO) fera la communication « Équité, diversité et inclusion en sciences. naturelles et génie : leçons apprises et pistes d’action au Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada ».
  • Diane Gagné(ressources humaines, UQTR) y fera la communication «De femmes « opérateurs » à technicienne en pétrochimie : qu’est-ce qui achoppe? ».

Colloque 432 – Penser, observer et « travailler » le care : propositions et défis pour l’analyse des rapports de pouvoir – soutenu par le RéQEF
jeudi 30 mai 2019 de 8h45 – 16h00
Pavillon Lucien-Brault (local B-1004)
Évènement Facebook

  • Isabelle Courcy (sociologie, UQAM) est coresponsable de ce colloque et animera la première période.
  • Anne Renée Gravel(administration, TéLUQ) est coresponsable de ce colloque et animera la deuxième période.
  • Louise Boivin(relations industrielles, UQO) est coresponsable de ce colloque, fera la communication « Représentation collective et qualification du travail dans les services d’aide à domicile au Québec et en Outaouais : comparaison entre secteur public, chèque emploi-service, économie sociale et agences privées » et animera le panel « Travail de « care » et personnes proches aidantes » avec la participation d’Isabelle Courcy (sociologie, UQAM) et Anne-Renée Gravel (administration, TéLUQ).
  • Marie-Hélène Verville (relations industrielles,UQO) y fera le communication « Un cadre d’analyse féministe pour étudier le rapport entre travail de care et qualité des soins ».
  • Isabelle Marchand (travail social, UQO) fera la communication « Penser la citoyenneté et la participation sociale des femmes âgées à l’aune du travail du care : enjeux et perspectives ».

Activités de nos membres

Colloque 10 – Mobilisation des connaissances et intégration des inégalités sociales et de genre : constats et défis en santé au travail et en santé environnementale
mardi 28 mai 2019

  • Jessica Riel (relations industrielles, UQO) est coresponsable de ce colloque et fera les communications « Intégrer le sexe et le genre en santé au travail et en santé environnementale : des opportunités à saisir aux défis à relever » et « Le transfert de connaissances en santé et sécurité du travail dans des milieux à prédominance masculine : état des connaissances sur les défis rencontrés par des formatrices ».

Colloque 104 – Enjeux de la recherche en santé et bien-être en milieu rural
mercredi 29 mai 2019

  • Diane-Gabrielle Tremblay(économie et gestion,TÉLUQ) y fera la communication « Enjeux de la recherche partenariale-collaborative ; quelques grands constats et questions ».

301 – Arts, littérature et société
mardi 28 mai 2019

  • Charlotte Comtois (études françaises, UdeS) y fera la communication « Le sujet féminin moderne dans La chair décevante de Jovette Bernier : temporalité de la crise ».

Colloque 301 – Recherches sur le genre, les médias et la communication : enjeux méthodologiques contemporains
lundi 27 mai 2019

  • Josette Brun(information et communication, U.Laval) est responsable de ce colloque.
  • Marilou Tanguay(UQAM) y fera une communication « Faire l’étude des quotidiens généralistes au prisme du genre au Québec (1950-1980): apports et méthodologie ».
  • Denyse Baillargeon(histoire, UdeM) présentera la table ronde « Légitimité des objets de recherche ».
  • Anne-Sophie Gobeil (communication politique, U.Laval) y fera la communication « Interviewer des professionnelles de l’information : une démarche délicate et des malaises éloquents ».

Colloque 315 – Le dialogue : fondements, pratiques, conditions de possibilité – Congrès annuel de la Société de philosophie du Québec
mardi 28 mai 2019

  • Coline Sénac (philosophie, UQAM) est coresponsable de ce colloque.
  • Anne-Julie Beaudin (histoire de l’art, UQAM) y fera la communication « La reculturation : le cas des artistes adopté-e-s transraciaux ».
  • André Duhamel (philosophie, U. Sherbrooke) y fera la communication « Vulnérabilité et solidarité ».

jeudi 30 mai 2019

  • André Duhamel (philosophie, U. Sherbrooke) y fera la communication « Au cœur du dialogue, l’éthique de la réceptivité ».

Colloque 403 – Gestion des organisations
jeudi 30 mai 2019

  • Shanie Roy (sciences juridiques, UQAM) y fera la communication « Les enjeux en santé et en sécurité du travail dans les organismes communautaires du Québec ».

Colloque 405 – Violences faites aux femmes : recherches et pratiques féministes
lundi 27 mai 2019

  • Marie-Marthe Cousineau(criminologie, UdeM) coresponsable de ce colloque et y fera trois communications « L’évolution de l’autonomie relationnelle des femmes victimes de violence conjugale », « Réfléchir collectivement aux intersections entre le VIH et les violences exercées par un partenaire intime vécues chez les femmes : quelles actions privilégier ? » et « Analyse thématique des effets du programme Les couloirs de la violence amoureuse ».
  • Simon Lapierre(service social, U. Ottawa) coresponsable de ce colloque et y fera la communication « Violence conjugale : le point de vue des enfants, des adolescentes et des adolescents sur les services reçus ».
  • Isabelle Côté(service social, U. Laurentienne) et Simon Lapierre(Université d’Ottawa) y feront la communication « Le traitement des situations de violence conjugale dans les expertises psychosociales et psycholégales en matière de garde d’enfant et de droit d’accès au Québec »
  • Sylvie Levesque(sexologie, UQAM) y fera la communication « Manifestations et dynamique de la violence conjugale en période de périnatalité : ce que les victimes nous apprennent. Résultats préliminaires ».

mardi 28 mai 2019

  • Nérita Douvi (sciences sociales appliquées, UQO) y fera la communication « Le phénomène du repassage des seins et ses motivations ».
  • Kharoll-Ann Souffrant (travail social, McGil) y fera la communication « Le respect de la dignité des femmes dévoilant une agression sexuelle : perspectives d’intervenantes sociales et communautaires montréalaises ».
  • Laurence Ingenito(sociologie, UQAM) y fera la communication « Rendre justice aux victimes de violences à caractère sexuel par-delà le système de justice pénale : quelques éléments pour discuter d’une lutte féministe ».
  • Isabelle Côté(travail social, U. Laurentienne) y fera la communication « Démarche partenariale visant la production et la diffusion d’un outil de prévention de la violence sexuelle dans une communauté de jeu de rôle au Québec ».
  • Odile Boisclair (L’R des centres de femmes du Québec) y fera la communication « Lutter contre les violences envers les femmes : les pratiques féministes des centres de femmes de L’R ».

Colloque 407 – Intersectionnalité et mouvements sociaux : comment la multiplicité des identités des activistes influence le choix des revendications des mouvements sociaux
jeudi 30 mai 2019

  • Geneviève Pagé (science politique, UQAM) y fera la communication « La justice reproductive, ou comment transformer les revendications libérales promouvant « le choix » en revendications pour la justice ».
  • Marlihan Lopez (FFQ) y fera la communication « La fragilité de la féminité blanche face au stéréotype de l’Angry Black Woman : Violences vécues par les femmes noires dans les milieux non mixtes féministes ».
  • Jade Almeida (sociologie, UdeM) y fera la communication « La fragilité de la féminité blanche face au stéréotype de l’Angry Black Woman : Violences vécues par les femmes noires dans les milieux non mixtes féministes»

Colloque 420 – L’organisation communautaire en travail social : perspectives et objets actuels
vendredi 31 mai 2019

  • Annabelle Berthiaume(travail social, McGill) est coresponsable de ce colloque et y fera les communications « L’organisation communautaire en travail social au Québec : quelques zones d’ombre dans l’état des connaissances » et « Mobilisation des communautés : au nom de qui ou de quoi? ».
  • Denyse Côté (travail social, UQO) y fera la communication « L’organisation communautaire Peut-elle se construire sur l’exclusion ? Le cas du modèle québécois ».
  • Marion Leboucher(science politique, UdeM) y fera la communication « Entre professionnalité et militantisme : comparaison des carrières et pratiques d’intervention auprès des femmes en France et au Québec ».
  • Anna Kruzynski (affaires publiques et communautaires, U. Concordia) y fera la communication « Communs, agencement et pouvoir : trois exemples-phares à Pointe-Saint-Charles»

Colloque 424 – Genre, féminismes et développement 
vendredi 31 mai 2019 

  • Charmain Levy(sciences sociales,UQO) est coresponsable de ce colloque et y fera la communication « Genre, mouvements des femmes et changements sociopolitiques dans les Suds : le cas du Brésil ».
  • Marie-Neige Laperrière(administration,UQO) animera le panel « Enjeux et perspective en genre, santé et territoire ».
  • Isabelle Auclair(management,U.Laval) y fera la communication « Violences de genre et stratégies de résistance ».
  • Denyse Côté(travail social, UQO) y fera la communication « Territoire, développement et rapports sociaux de sexes : une trilogie à géométrie variable ».

Colloque 435 – Mise en lumière d’enjeux émergents dans le champ de la proche aidance, de la naissance à la fin de vie
vendredi 31 mai 2019

  • Isabelle Courcy(sociologie, UQAM) y feront la communication « Être proche-aidant.e et parent d’un enfant autiste : des statuts mutuellement exclusifs ? ».
  • Line Chamberland(sexologie, UQAM) y fera la communication « Aîné.e.s LGBT et proche aidance ».

Colloque 438 – Couples, enfants et projets familiaux : de l’imaginaire à la réalité 
mardi 28 mai 2019 

  • Chantal Bayard(sciences sociales, INRS) est coresponsable de ce colloque et animera le panel « Couples, enfants et projets familiaux : de l’imaginaire à la réalité ».
  • Sylvie Lévesque(sexologie, UQAM) y fera la communication « La sexualité idéalisée et vécue durant la période de transition à la parentalité: et si diminution ne rimait pas avec insatisfaction ? ».

Colloque 447 – Le dispositif d’aide sociale en contexte néolibéral : entre gestion de la main-d’œuvre et gestion de la pauvreté
mardi 28 mai 2019

  • Catherine Charron (sociologie, UdeM) est coresponsable et y fera la communication « « On se lève les manches pis on va aider le monde à s’en sortir, même ceux qui veulent pas » : contexte et paradoxes de l’activation à l’échelle de la « bureaucratie de guichet » au Québec ».
  • Lucie Lamarche (sciences juridiques, UQAM) y fera la communication « La fiscalisation des mesures de lutte contre la pauvreté au Québec sonne-t-elle le glas des dispositifs d’aide de dernier recours ? ».

Colloque 455 – 1er colloque sur le Régime québécois d’assurance parentale : sa clientèle, ses retombées
mardi le 28 mai 2019

  • Diane-Gabrielle Tremblay(économie et gestion, TÉLUQ) y fera la communication « Conciliation emploi-famille et congé parental au Québec : quels enjeux? quels effets? ».

Colloque 458 – Intersections des parcours d’immigration et des identités LGBTQ
mercredi 29 mai 2019

  •  Line Chamberland (UQAM) et Marianne Chbat (UQO) sont coresponsables de ce colloque. 
  • Marianne Chbat(UQO) animera « Santé publique, prévention des ITSS et HARSAH racisé ».
  • Jade Almeida(sociologie, UdeM) participera au panel «  Les défis quant aux contributions à la recherche des milieux universitaires, communautaires et institutionnels auprès des personnes LGBTQ migrantes, ethnicisées et racisées ».

jeudi 30 mai 2019

  • Mylene de Repentigny-Corbeil(communication, UQAM) y fera la communication « Intersectionnalité et interculturalité : les discriminations perçues et vécues par les membres de la communauté LGBTQ+ d’origine marocaine à Montréal ».
  • Line Chamberland (UQAM) y fera les communications « Racisme, sexisme, homophobie, quelle carte tu veux ? » et « Possibilités et contraintes pour se réaliser comme hommes gais en contexte post-migratoire au Québec ». Analyse des parcours de vie d’immigrants LGBTQ à Montréal ». De plus, elle animera  le panel « Intégration, appartenance et identification : réfléxions sur les parcours différenciés des personnes LGBTQ+ racisées en contexte postmigratoire » ainsi que  le panel «  Les parcours d’immigration et de refuge des personnes LGBTQ+ : perspectives internationales et nationales».

501 – Enseignement, fiction et histoire. Apprendre, comprendre, créer. Humanités numériques, littératures et nouveaux patrimoines
lundi 27 mai 2019

  • Marie-Hélène Brunet (histoire, U. Ottawa) y fera la communication « Usage du roman historique pour réfléchir aux constructions genrées ».

Colloque Colloque 510 – L’inconfort provoqué en classe d’histoire par l’enseignement des rapports de pouvoir : l’anticiper pour mieux l’accueillir
lundi 27 mai 2019

  • Marie-Hélène Brunet (histoire, U. Ottawa) est responsable de ce colloque. Elle y fera également la communication « La dimension éthique en histoire selon des futur∙e∙s enseignant∙e∙s en Ontario »
  • Ève-Marie Lampron(histoire, UQAM) y fera la communication « Intégration de savoirs sur les femmes racialisées, autochtones et des Suds globaux dans les cours d’histoire des féminismes : quand l’inconfort pousse à l’action ».

Colloque 521 – Enjeux et défis relatifs à l’autochtonisation des milieux d’enseignement postsecondaire au Québec : partage d’expériences sur les stratégies pédagogiques et les services aux étudiants autochtones
lundi 27 mai 2019

  • Audrey Rousseau (sciences sociales, UQO) est coresponsable de ce colloque.

Colloque 626 – Gouverner la marge : regards croisés sur les enjeux sociojuridiques de la vulnérabilité
lundi 27 mai 2019

  • Kevin Lavoie (sciences humaines appliquées, UdeM) y fera la communication « Un processus sous influences : lorsque la faculté à consentir des femmes porteuses et des donneuses d’ovules est mise à l’épreuve ».

Colloque 631 – Penser les « origines » dans les familles contemporaines : comparaison France-Québec et perspectives internationales
mardi 28 mai 2019

  • Isabel Côté (travail social, UQO) et Kevin Lavoie (sciences humaines appliquées, UdeM) sont coresponsables de ce colloque et y feront la communication «
    « Tu étais dans la bedaine de matante » : mise en récit des origines et liens familiaux en contexte de gestation pour autrui au Canada ».

Document à télécharger

Atelier méthodologique du RéQEF : Web et féminismes

Le 23 mai 2019, de 9h30 à 12h30, avait lieu la deuxième édition des Ateliers méthodologiques du RéQEF intitulée « Web et féminismes » au local N-7050 à l’UQAM. Co-organisée par le RéQEF et Julie Ravary-Pilon (Boursière postdoctorante du RéQEF 2018), cette activité précédait une table ronde.

Cette deuxième édition était animée par nos membres Julie Ravary-Pilon (postdoctorante au CRILCQ /IREF, UQAM) et Mélanie Millette (communication sociale et publique, UQAM). L’atelier s’adressait aux étudiant·e·s des cycles supérieurs dont les projets de recherche portent sur le Web comme objet ou comme source de données à partir d’une perspective féministe.
Vous aviez jusqu’au lundi 13 mai 2019 pour soumettre votre candidature à titre de participant·e à cet atelier. 

Table ronde « Art, web et féminismes »

Le 23 mai 2019, de 14h à 17h, aura lieu la Table ronde « Art, web et féminismes » au local N-7050, à l’UQAM. Co-organisée par le RéQEF et Julie Ravary-Pilon(Boursière postdoctorante du RéQEF 2018), cette activité sera précédée par la deuxième version des Ateliers méthodologiques du RéQEF.

La professeure Aleksandra Kaminska (communications, UdeM) animera la table ronde « Art, web et féminismes » sur l’histoire des activismes et des arts féministes sur le web. Cette activité réunira les professeures Joanne Lalonde (histoire de l’art, UQAM), Krista Lynes (communications, Concordia), Rosanna Maule (cinéma, Concordia) ainsi que l’artiste de performance et sculpture Algonquine Anishinaabe mixte et bispirituelle Faye Mullen pour une conférence-performance.

Cette activité bilingue, ouverte et accessible se veut un lieu de partages et de réflexions sur l’histoire de l’art cyberféministe, les potentiels du web pour la création artistique des femmes, les esthétiques des contestations (dissent) LGBTQI+ en ligne et hors ligne ainsi que la création numérique féministe en écrans. Les questions du public pourront être traduites sur place si nécessaire.

Si vous avez des besoins particuliers ou des besoins d’assistance au moment de l’évènement, n’hésitez pas à nous les communiquer avant le 20 mai 2019 à l’adresse suivante : lucille.reqef@gmail.com.

Consultez la carte sur l’accessibilité des lieux ici : http://carte.uqam.ca/#pointsdinteret/soutien_handicap

Animatrice :
Biographie : Aleksandra Kaminska est professeure adjointe dans le Département de communication à l’Université de Montréal, se spécialisant dans les études médiatiques (media studies), les arts médiatiques et la recherche-création. À l’UdeM elle codirige le laboratoire Artefact et le BricoLab, un nouvel espace de création est fabrication numérique. Elle termine actuellement le projet Nano-Verses, une collaboration avec artistes et scientifiques portant sur les matériaux nano-optiques. Un site web démontrant les différentes perspectives disciplinaires des participant·e·s est en production (nano-verses.com). Son premier livre est Polish Media Art in an Expanded Field (Intellect Press/University of Chicago Press, 2016).
Son site web : aleksandrakaminska.com

Conférencières :
Faye Mullen
Murs trans-spatiaux, cérémonie et résistances
Résumé : Recours à un exposé de type performance vidéographique, la déconstruction du mur se dessine à la fois comme sujet et objet d’une démarche artistique. Les frontières qui entourent les intersections d’identités, les seuils entre binaires poreux et spécifiquement la frontière qui distingue ce que l’on considère comme recherche/création seront abordées dans une perspective horizontale. L’intervention sera en orbite; une boucle abordant la question de pratique artistique en tant que Cérémonie. Une conférence interdisciplinaire sera donc envisagée comme acte de résistance décoloniale visant à construire des contextes transhistoriques + trans-spatiaux dans lesquels les identités, les diversités de genre et les sexualités multiples ne seront plus retenues.

Biographie : Faye Mullen s’appuie sur une sensibilité sculpturale combinant une pratique de recherche au geste performatif, au son et à l’image fixe et en mouvement. À travers une perspective d’Anishinaabe mixte, sa démarche tend vers l’horizontalité mettant en forme des imaginaires queers et des manières décoloniales de faire monde. Faye est titulaire d’un BFA de OCAD (Toronto) + ENSBA (Paris), est titulaire de maîtrises de UofT et du Fresnoy (Tourcoing). Son travail a fait l’objet d’expositions collectives et individuelles en Asie, en Australie, en Europe et à travers l’île de la tortue. Au sein de sa communauté, elle est sœur, tante, travailleuse de terre, écrivaine, travaillant actuellement comme soutien aux étudiant·e·s autochtones à Concordia et poursuit son doctorat à l’UQÀM en situant sa démarche avec Tiohtiá:ke/Montréal.
***
Joanne Lalonde
Cyberféminisme et activisme Web
Résumé : Le cyberféminisme est partie inhérente de l’activisme sur Internet. L’activisme Web désigne l’ensemble des actions de résistance politique, sociale ou féministe menées par les internautes dans un esprit de revendication et met donc à profit l’ouverture contributive des réseaux depuis le Web 2.0 dit participatif. Les modalités de cet activisme se déploient dans toutes les sphères du Web y compris celle des pratiques artistiques. La volonté commune à toutes ces manifestations demeure d’afficher ouvertement une résistance, une mise à distance critique face aux différentes formes de domination et de contrôle qui sont exercées par les diverses instances de pouvoir. Ma présentation sera l’occasion de faire un bref retour historique sur le cyberféminisme et d’exposer quelques œuvres emblématiques.

Biographie : Joanne Lalonde est professeure titulaire au département d’histoire de l’art de l’UQAM. Elle dirige l’équipe Archiver le présent (Subvention Savoir CRSH 2018-2022) et codirige le laboratoire NT2 UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art médiatique et numérique. Elle s’intéresse également aux représentations de genres et aux figures du métissage sexuel dans l’art actuel, aux modalités de l’interactivité dans l’art contemporain de même qu’aux méthodologies de la recherche sur les pratiques artistiques émergentes.
***
Krista Geneviève Lynes
Feminist and queer interventions: Thinking art and activism on and offline
Summary : Reading through a performative action by the Greek activist group, LGBTQI+ Refugees in Greece in 2017, this presentation explores the possibilities and limitations of the aesthetics of dissent, on and offline. It examines not only the performative possibilities of activist actions, but how feminist and queer social movements are imagined in and through the mediation, circulation and recursivity of digital space. It asks what new modes of visibility exist, where potential sites of networked solidarity may be found, and how such networks might enable new modes of political work.

Résumé : À la lecture d’une action performative du groupe d’activistes grecs Réfugié.e.s LGBTQI + en Grèce en 2017, cette présentation explore les possibilités et les limites de l’esthétique de la dissidence, en ligne et hors ligne. Elle examine non seulement les possibilités performatives des actions militantes, mais également la manière dont des mouvements sociaux féministes et queer sont imaginés dans et à travers la médiation, la circulation et la récursivité de l’espace numérique. Par cette présentation, nous nous demandons quels nouveaux modes de visibilité existent, où se trouvent des sites potentiels de solidarité en réseau et comment de tels réseaux pourraient permettre de nouveaux modes de travail politique.

Biographie : Krista Geneviève Lynes est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études féministes des médias et professeure agrégée au Département de communications de l’Université Concordia. Ses recherches portent sur la médiation des sujets politiques et de la vie sociale en situation de lutte politique. Sa monographie Prismatic Media, Transnational Circuits: Feminism in a Globalized Present (2012) examine la façon dont les différents médias visuels produisent une visibilité féministe dans des sites de conflit à travers le monde. Ses travaux ont paru dans Ada, Feminist Media Studies, Postmodern Culture, Signs, Theory & Event, et Third Text. Elle a également été commissaire de nombreuses expositions, dont World of Matter: Exposing Resource Ecologies (2015) et Stubborn Objects: Counter-Surveillance in a Posthuman Landscape (2016). Elle est fondatrice et directrice du Feminist Media Studio, un laboratoire basé à Concordia pour l’étude collective ainsi que les engagements féministes activistes et artistiques. Elle coédite actuellement une anthologie, qui paraîtra sous peu avec Transcript Verlag, intitulée Moving Images: Mediating Migration-as-Crisis.
***
Rosanna Maule
Gender Equity and Feminism on the Web : New Directions
Summary : Gender equity in the film industry has been an important subject on the Web during the past few years, inspired first by the debate about the lack of women directors at film festivals and more recently by the Me Too movement. Within Canada, this discussion has led to adopt a resolution to reach a 50/50 gender-balanced production in the funding system by 2020. Commenting on this resolution in its 2018 report, the Women and Film Television Vancouver identified some areas that still need to be improved to reach this goal, such as the inclusion of indigenous and all minorities women in the film industry, as well as more intersectional policies applied to actors, crew members, and critics. My presentation traces the implementation of the gender equity policy in Quebec since its launch in 2016, focusing on new directions that feminist organizations and activists are taking to address cultural inclusion in the film and media industry.

Résumé : L’équité entre les sexes dans l’industrie cinématographique a été un sujet important sur le Web au cours des dernières années, inspirée tout d’abord par le débat sur le manque de réalisatrices dans les festivals de cinéma et, plus récemment, par le mouvement Me Too. Au Canada, cette discussion a abouti à l’adoption d’une résolution visant à parvenir à une production équilibrée en 50/50 dans le système de financement d’ici 2020. Commentant cette résolution dans son rapport de 2018, la Women and Film Television de Vancouver a identifié certains domaines qui doivent encore être améliorés pour atteindre cet objectif, tel que l’inclusion des femmes autochtones et de toutes les minorités ethniques dans l’industrie cinématographique, ainsi que des politiques plus intersectorielles appliquées aux acteurs/actrices, aux membres de l’équipe et aux critiques. Ma présentation retrace la mise en œuvre de la politique d’équité entre les sexes au Québec depuis son lancement en 2016, en mettant l’accent sur les nouvelles orientations prises par les organisations féministes et les activistes pour lutter contre l’inclusion culturelle dans l’industrie du film et des médias.

Biographie : Rosanna Maule est professeure d’études cinématographiques à l’Université Concordia à Montréal. Elle est l’autrice de Digital Platforms and Feminist Film Discourse: Women’s Cinema 2.0 (Palgrave, 2016), Beyond Auteurism (Intellect, 2008) et la principale éditrice de In the Dark Room: Marguerite Duras et Cinema (Peter Lang, 2009). En collaboration avec Guylaine Dionne, elle vient de terminer un long métrage documentaire sur le rôle des réalisatrices dans la production de films de fiction à travers le monde. Elle est membre active de l’association internationale Femmes et histoire du film et du réseau Women’s Cinema Global, avec lequel elle a dirigé deux conférences internationales à Montréal en 2003 et 2016, respectivement. Elle travaille actuellement sur un livre sur les archives de films et de médias sur les femmes en tant que forme alternative d’historiographie féministe.

Regards croisés sur les antiféminismes

Le 30 avril 2019, le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) et l’Institut de recherches et d’études féministes de l’UQAM (IREF) coorganisaient deux événements à l’occasion de la sortie de l’ouvrage collectif «Antiféminismes et masculinismes d’hier et d‘aujourd’hui», paru aux Presses universitaires de France et codirigé par Mélissa Blais (IREF, UQAM et membre du RéQEF), Christine Bard (Université d’Angers) et Francis Dupuis-Déri (science politique, UQAM et membre du RéQEF).
Cet ouvrage fait suite au colloque « Antiféminismes et masculinismes » coorganisé en mars 2017 à l’Université d’Angers (France) par le Chantier sur l’antiféminisme du RéQEF et le groupe Genre et discriminations sexistes et homophobes (GEDI).

Colloque
Le colloque « Regards croisés sur les antiféminismes » aura lieu de 14h à 16h30, à l’UQAM (salle DS-1950).

Programme :
14h à 15h 
Panel 1 : Antiféminismes : quelques formes actuelles 
Diane Lamoureux (professeure associée en science politique à l’Université Laval) 
L’antiféminisme comme conservatisme
Héloïse Michaud (doctorante en science politique à l’UQAM)
“Parce que mon copain me traite bien” : étude du tumblr “Women against feminism”

Pause : 15h-15h15

15h15 à 16h15
Panel 2 : L’antiféminisme de l’extrême gauche à l’extrême droite
Francis Dupuis-Déri (professeur en science politique à l’UQAM)
Proudhon : un anarchiste misogyne et antiféministe 
Christine Bard (professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers)
L’antiféminisme dans l’hebdomadaire d’extrême droite “Minute“ ou l’intersectionnalité des haines

Animation : Francine Descarries (Directrice du RéQEF)

Adresse : 
320 Rue Sainte-Catherine E, Montréal
Métro Berri-UQAM
Évènement accessible aux personnes à mobilité réduite (https://carte.uqam.ca/#pointsdinteret/debarcaderes)

Évènement Facebook

Lancement
Le 5 à 7 de lancement de l’ouvrage «Antiféminismes et masculinismes d’hier et d‘aujourd’hui » aura lieu à L’Euguélionne, en présence des auteurs/trices. 

Résumé de l’ouvrage : 
L’antiféminisme n’est pas une tare du passé. En ont récemment témoigné le « Printemps des pères », la « Manif pour tous », l’opposition à la « théorie du genre » ou encore, de manière tragique, l’attentat, à Toronto, d’un homme se réclamant du mouvement des « célibataires involontaires ». Ces phénomènes, pour être compris et combattus, doivent aujourd’hui être situés dans une perspective historique.
En analysant différentes expressions de l’antiféminisme depuis le XIXe siècle, dont celui porté par des femmes, les auteurs réunis autour de Christine Bard démontrent la vitalité historique du combat contre les droits des femmes et ses divers points de contact avec l’homophobie et le racisme. Une attention particulière est portée aux controverses provoquées par le masculinisme, volontiers victimaire, au sujet des « droits des pères » et des violences entre les sexes.
L’ensemble constitue une réponse inédite et nécessaire à un phénomène en pleine expansion.

Lien vers le site de l’éditeur : https://www.puf.com/content/Antiféminismes_et_masculinismes_dhier_et_daujourdhui

Adresse :
1426, rue Beaudry, Montréal
Métro Beaudry
Accessibilité

Évènement Facebook

Graphisme : Jade Langevin

Penser l’inclusivité des femmes et des filles en situation de handicap et Sourdes : enjeux et défis pour la recherche féministe

Le 26 avril 2019 avait lieu le colloque annuel du RéQEF intitulé « Penser l’inclusivité des femmes et des filles en situation de handicap et Sourdes : enjeux et défis pour la recherche féministe » de 9h à 17h30, à l’UQAM (salle D-R200)

L’ entrée est libre, mais l’inscription est obligatoire

Organisé par le RéQEF, en collaboration avec le Réseau d’action des femmes handicapées du Canada, ce colloque propose de réfléchir aux enjeux relatifs aux femmes en situation de handicap et Sourdes dans une perspective féministe et intersectionnelle. 

Au Canada, une femme sur cinq vit avec un handicap. Pourtant, leurs expériences et perspectives demeurent invisibilisées dans le champ de la recherche féministe francophone où la quasi-absence d’analyse sur les oppressions fondées sur le handicap et le concept de capacitisme (Masson, 2013) est criante. Dans un contexte où 45% des victimes de crimes violents autodéclarés au Canada sont des femmes en situation de handicap (DAWN Canada 2019) et que ces dernières continuent d’expérimenter d’importantes contraintes dans tous les aspects de leur vie, il devient urgent d’inscrire cette problématique au sein des recherches féministes francophones.

Alliant expériences et réflexions théoriques, le présent colloque se veut l’occasion d’un dialogue entre chercheures, étudiantes et militantes pour contribuer au développement d’une perspective féministe intersectionnelle qui dépasse l’interprétation naturaliste « femmes et handicap ». 

Programme:

9h à 10h30
Panel 1 : Femmes, féminismes et capacitisme

Maude Massicotte (militante, porte-parole et directrice de DefPhys sans limite)
Un pas à la fois pour une société inclusive

Dominique Masson (professeure en études féministes, Université d’Ottawa)
Intersectionnalité et capacitisme : enjeux pour la recherche féministe

Sonia Alimi (doctorante en sociologie à l’UQAM, coordonnatrice de recherche du RAFH Canada et membre du RéQEF)
Le capacitisme à l’intersection du sexisme, racisme et colonialisme

Animation : Ryoa Chung (professeure de philosophie à l’UdeM et membre du RéQEF)

10h30 à 11h : Pause

11h à 12h30
Panel 2 : Enjeux de violences

Isabelle Boisvert (doctorante en psychologie à l’UQAM)
Les agressions sexuelles et les violences obstétricales subies par les femmes en situation de handicap : deux violences trop longtemps occultées

Rose-Anne Gosselin (membre de la Première Nation algonquine de Timiskaming et conseillère régionale pour la CDRHPNQ)
L’impact de la violence sur la santé mentale des femmes autochtones

Karine-Myrgianie Jean-François (gestionnaire principale de projets du RAFH Canada)
Capacitisme : L’oubliée de l’intersectionnalité

Animation : Geneviève Rail (professeure à l’Institut Simone-De Beauvoir et membre du RéQEF)

12h30 à 14h : Pause dîner

14h à 15h30
Panel 3 : Stratégies et luttes pour l’accessibilité

Linda Gauthier (co-fondatrice et présidente du RAPLIQ et parmi les 40 défenseuses/défenseurs en vertu de la CDPDJ)
Profession Activiste

Véronique Leduc (professeure de communications à l’UQAM)
Déconstruire l’audisme et le capacitisme

Nelly Bassily (gestionnaire des initiatives jeunesse et des relations internationales du RAFH Canada) et Rose-Sabine Laurore (assistante administrative du RAFH Canada)
« Filles sans barrières », les filles et jeunes femmes en situation de handicap : constats et actions

Animation : Mélissa Thériault (professeure philosophie & arts à l’Université du Québec à Trois-Rivières et membre du RéQEF)

15h30 à 16h : pause

16h à 17h30 Discussion collective
Animation : Catherine Théroux (agente de projet à la Table des Groupes de Femmes de Montréal)

Évènement Facebook

Forum sur les cyberviolences contre les femmes

Le RéQEF invite le monde de la recherche et le grand public à un Forum sur les cyberviolences contre les femmes qui se déroule le 30 novembre à l’UQAM, et dont la programmation se déploie en deux volets.

**************************************************
9h30 – 12h
Du côté de la recherche
Animation : Lise Gervais (Relais-Femmes)
Avec Caroline Caron, Léa Clermont-Dion, ainsi qu’Esther Paquette et Sarah Thibault, du chantier sur l’antiféminisme du RéQEF dirigé par Francis Dupuis-Déri.
Lieu communiqué à l’inscription > forumcyberviolencesreqef@gmail.com

13h30 à 16h30
Micro ouvert et pistes d’action
Entrée libre : Foyer de la salle Marie Gérin-Lajoie (UQAM, 405 rue Ste-Catherine E., niveau Métro)
Animation : Pénélope McQuade
Plusieurs participantes ont confirmé leur présence, incluant Marilou Craft (active dans le milieu des arts vivants) et Dalila Awada (Cofondatrice de l’organisme féministe Paroles de Femmes).
Aussi au programme : micro ouvert pour des interventions de la salle sur l’expérience de la cyberviolence et les pistes de solutions, et présentation de la formation en ligne Cyberviolence, agir et prévenir conçue avec Relais-femmes et des professeures de l’École de travail social de l’UQAM

**************************************************

N’oubliez pas de vous inscrire pour le panel du matin, par contre l’entrée est libre pour la session de l’après-midi !
Coordination : Léa Clermont-Dion pour le RéQEF
forumcyberviolencesreqef@gmail.com
Graphisme : Camille Robert

Événement Facebook

Table ronde « Penser la résistance avec Nicole-Claude Mathieu »

Le RéQEF a le plaisir de convier le grand public à ce dialogue international transdisciplinaire autour de l’oeuvre de Nicole-Claude Mathieu.

Sociologue et anthropologue féministe, Nicole-Claude Mathieu est “l’une des théoriciennes les plus stimulantes du mouvement féministe français de la deuxième vague.”* selon Jules Falquet. “Un des textes les plus connus de Mathieu est probablement «Quand céder n’est pas consentir…», où elle analyse magistralement les déterminants matériels de la conscience des dominé·e·s, afin de contester l’idée de Godelier selon laquelle les femmes « consentiraient » à leur situation.”*
“….l’oeuvre pionnière de Nicole-Claude Mathieu a de quoi nous nourrir politiquement et intellectuellement pour longtemps encore.”
* https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2011-1-p-193.htm

Dominique Bourque est professeure agrégée à l’Institut d’études des femmes et au Département de français de l’Université d’Ottawa.

Jules Falquet enseigne la sociologie à l’Université Paris Diderot, et travaille sur la mondialisation néolibérale dans une perspective d’imbrication des rapports sociaux de sexe, race et classe, à partir de terrain latino-américains et des Caraïbes.

Valeria Ribeiro Corossacz est professeure d’anthropologie en Italie, à l’Università di Modena e Reggio Emilia. Elle a fait son doctorat à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris et à l’Université de Sienne.

Lecture suggérée :
Nicole-Claude Mathieu (1937-2014)
Penser « l’arraisonnement des femmes », vivre en Résistance
D. Bourque et J. Coulombe
Éditions sans fin
En vente chez Zone Libre

Entrée libre. Places limitées.

Pour plus d’information : ricci.sandrine@uqam.ca

Événement Facebook

Conférence Violence, rapports de sexe et néolibéralisme

Jules Falquet donnera la Conférence Violence, rapports de sexe et néolibéralisme, le 18 octobre, 17h, au Foyer du Studio-théâtre Alfred-Laliberté (UQAM). Jules Falquet croise différents niveaux d’analyse (féministe, antiraciste et anticapitaliste) pour rapprocher des perspectives généralement cantonnées à des sphères séparées. Proximité troublante de la torture avec la violence domestique (au Salvador)… Création de la classe masculine des “frères d’armes” par le service militaire (en Turquie)… Diffusion des techniques de guerre de basse intensité (au Mexique)… Perpétuation (néo)-coloniale des violences contre les femmes indiennes (au Guatemala)… 

À propos de son dernier ouvrage paru : Pax neoliberalia . Perspectives féministes sur (la réorganisation de) la violence
Ce livre est un essai sur l’emploi méthodique de la coercition au service de la mondialisation néolibérale. L’instrumentalisation d’une violence en apparence “aveugle”, mais en réalité aussi contrôlée qu’implacable, dessine le fil rouge reliant entre eux les quatre textes qui le composent. En révélant les continuités qui rattachent la violence misogyne aux méthodes coercitives militaropolicières, cette approche met à jour les logiques genrées de la “gouvernance” mondialisée, ici nommée, par antiphrase, Pax neoliberalia.

Pour plus d’information : ricci.sandrine@uqam.ca

Événement Facebook 

Participation de nos membres au CIRFF 2018 !

Le RéQEF vous présente la liste non exhaustive des participations de ses membres au 8e Congrès international des recherches féministes dans la francophonie (CIRFF2018) qui aura lieu du 27 au 31 août 2018 à l’Université Paris Nanterre.

Cette liste comprend :
– Un tableau des colloques organisés par nos membres régulières et leurs événements Facebook.
– Un tableau des 4 colloques co-organisés par notre équipe de travail RéQEF et leurs événements Facebook.
– Un tableau des communications de nos membres.
– Un tableau des communications de nos membres étudiantes.

Pour télécharger la liste : 

Atelier méthodologique du RéQEF : mobilisations collectives en terrains non-occidentaux

Le RéQEF est fier de vous inviter à la première édition des « Ateliers méthodologiques du RéQEF », en collaboration avec la Chaire de recherche sur l’Islam en Afrique de l’Ouest (Chaire ICAO). Cette première édition des Ateliers méthodologiques sera animée par Emmanuelle Bouilly, postdoctorante (Centre interdisciplinaire de recherche sur l’Afrique et le Moyen-Orient de l’Université Laval et boursière du RéQEF). Francine Descarries (professeure, Département de sociologie, UQAM, directrice scientifique du RéQEF) et Marie- Nathalie Leblanc (professeure, Département de sociologie, UQAM, directrice de la Chaire ICAO) participeront à titre de discutantes.

Cet événement, s’adressant aux étudiant·e·s des 2e et 3e cycle universitaire, se déroulera le 21 septembre 2018, de 14h à 16h30, à l’UQAM (salle J-2615). 

Pour plus d’informations cliquez ici :

2 formules s’offrent aux étudiant·e·s : participer ou assister. En formule « participation » à cet atelier, il est attendu que les étudiant·e·s s’inscrivent et fassent parvenir, au moins 10 jours avant la rencontre, un document de 2 pages minimum qui contiendra les informations suivantes : nom, prénom, université d’attache, cycle et programme d’étude, discipline, sujet ou objet de recherche, type d’enquête et de méthodes, liste de questions/réflexions à aborder.

Il n’y a aucun frais, mais l’inscription est obligatoire, en précisant la formule privilégiée, auprès de Véronica Gomes, adjointe aux communications.

Consultez également l’événement Facebook !

Penser la mobilisation collective dans une perspective féministe et décentrée ? Regards critiques à partir du contexte ouest-africain

Conjointement avec La Chaire de recherche sur l’Islam en Afrique de l’Ouest (Chaire ICAO), le Réseau québécois en études féministes présente le séminaire « Penser la mobilisation collective dans une perspective féministe et décentrée ? Regards critiques à partir du contexte ouest-africain » qui aura lieu le 21 septembre 2018, dès 10h, à l’UQAM (salle A-5020).

À partir de sa recherche doctorale sur la mobilisation des mères de migrants subsahariens disparus, Emmanuelle Bouilly proposera une réflexion théorique sur les frontières analytiques entre mobilisation, contestation et protestation, elle ouvrira le débat sur la manière dont peuvent dialoguer les études de genre, les études africaines et la sociologie de l’action collective.

Au terme de sa présentation, Marie-Nathalie Leblanc (professeure, Département de sociologie, UQAM et directrice de la Chaire de recherche sur l’Islam en Afrique de l’Ouest), Marie Brossier (professeure, département de science politique, Université Laval) et Diahara Traoré (chargée de cours, département de sociologie, UQAM) amorceront un échange de réflexions et de propositions sur cette question à partir de leurs ancrage et perspective réciproques de recherche.

Pour plus d’informations cliquez ici :

Inscription obligatoire (sans frais) auprès de Véronica Gomes, adjointe aux communications.

Consultez également l’événement Facebook.

ACFAS 2018 : Dialogue interdisciplinaire sur l’enseignement dans une perspective de changement social : entre valeurs égalitaires et pratiques discriminantes, comment s’en sortir?

Organisé dans le cadre du 86e Congrès de l’ACFAS et sous l’égide du Réseau québécois en études féministes (RéQEF), le Colloque 619 « Dialogue interdisciplinaire sur l’enseignement dans une perspective de changement social : entre valeurs égalitaires et pratiques discriminantes, comment s’en sortir? », co-organisé par nos membres Francine Descarries (UQAM), Anastasie Amboulé Abath (UQAC), Joëlle Magar (UQAM), Anne Martine Parent (UQAC) et Sandrine Ricci (UQAM), avait pour sujet la persistance et les reconfigurations des formes de discrimination dans le champ de l’éducation et de l’enseignement.

Dans un contexte où les institutions d’enseignement sont soumises à des impératifs de productivité et des logiques de concurrence, où les inégalités sont naturalisées via des concepts empruntés aux neurosciences au détriment d’une approche sociologique, mais aussi par la prégnance des discours masculinistes et la dénégation des discriminations liées à l’origine ou le sexe, les exposés et les discussions visent à faire avancer la réflexion logée au coeur des questions suivantes : comment se doter des outils critiques propices à l’élaboration d’un cadre éducatif porteur d’émancipation ? Comment générer un processus de conscientisation du corps enseignant qui prenne en compte les positions des un.e.s et des autres dans les rapports sociaux ? Comment actualiser les positionnements qui peuvent en découler ? Enfin, quelles sont les pratiques pédagogiques à développer pour favoriser une meilleure compréhension de la dynamique des rapports sociaux, de même que le développement d’une position réflexive sur les effets des différents rapports de pouvoir à l’œuvre dans le champ de l’éducation et de l’enseignement.

Dans la dernière partie du colloque, sous le thème “Savoirs, pratiques et défis : faire de la recherche et de l’enseignement féministes dans différents contextes”, une invitation est lancée à tous ceux et celles qui souhaitent participer à un échange sur les enjeux et les défis que rencontrent les enseignant.e.s en études féministes et ceux et celles qui inscrivent une perspective féministe ou de genre dans leur enseignement. Les questions suivantes seront mises en discussion : quels sont les plus importants défis que vous ayez à relever en tant que chercheures et enseignantes féministes considérant votre ancrage géographique et institutionnel ? Quels sont les problèmes et enjeux spécifiques qui, selon vous, confrontent actuellement le développement des études et de la recherche féministes et, enfin, quelles stratégies vous apparaissent les plus efficaces pour les surmonter ? Par ailleurs, peu de recherches ont été menées à ce jour au sujet de l’intégration de la classe virtuelle au sein des pratiques d’enseignement féministe. Une question s’impose de ce point de vue : comment envisager le développement de l’enseignement en ligne pour offrir des solutions aux problèmes structurels et aux défis éducationnels auxquels font face les femmes, surtout hors des grandes villes universitaires ? Ou encore, quel peut être l’apport de l’enseignement en ligne pour les études féministes au regard des formules pédagogies et du rôle très important du groupe dans les cours d’études féministes ?

Le colloque avait lieu le 7 mai 2018 de 9h à 17h, suivi d’un Vin de la solidarité offert par le RéQEF, à l’UQAC.

Consultez le programme du colloque et l’événement Facebook.

Marathon d’édition Wikipédia Femmes + SciencesHumaines

Dans l’objectif de contribuer à la production de savoirs en français sur les femmes et le féminisme dans Wikipédia, le Réseau québécois en études féministes organisait de nouveau un Marathon d’édition, en collaboration avec le Service des bibliothèques de l’UQAM et l’Association des étudiants et étudiantes des cycles supérieurs en sociologie de l’UQAM, le 9 mars 2018 entre midi et 18h, à la Bibliothèque centrale de l’UQAM (Local A-M204, Pavillon Hubert-Aquin, 400, rue Sainte-Catherine Est). Après Art+féminisme en 2017, le thème retenu était les femmes en sciences humaines et sociales.

CONTRIBUER EN LIGNE
Vous pouviez participer à ce marathon d’édition en ligne à compter du vendredi 9 mars 2018, sur cette page.

PARTICIPER EN PERSONNE
Vous pouviez aussi participer en personne : le 9 mars, entre midi et 18h au local A-M204 de la Bibliothèque centrale de l’UQAM* avec des ordinateurs, des ressources documentaires pour « sourcer » les articles, ainsi que des rafraichissements et des collations. Une formation d’initiation aux règles de publication sur Wikipédia était offerte en début de séance et des personnes-ressources, notamment des bibliothécaires, étaient sur place pendant toute la durée de l’activité.

SUGGÉRER DES NOMS
Nous sollicitions aussi la contribution des internautes pour proposer des noms de pages à bonifier ou créer.
Trois grandes catégories pouvaient inspirer vos propositions de femmes investies dans les domaines des sciences humaines et sociales, contemporaines ou d’une époque antérieure :
1) Intellectuelles marquantes du Québec
2) Penseures des Suds
3) Féministes d’ici et d’ailleurs
Vous pouviez proposer directement dans le document Google créé à ces fins.

Consultez l’événement Facebook de la journée, notre site web ainsi que son annonce sur le site du CDEACF.

Notre partenaire, l‘Institut Femmes, Sociétés, Égalité et Équité organisait également une journée d’édition spéciale « Jeudi c’est Wiki à Québec! », le 8 mars de 18 h 30 à 21 h, à la bibliothèque de l’Université Laval.


 

 

Solidarités transféministes – Conférence de Chamindra Weerawardhana

Le Réseau québécois en études féministes (RéQEF) a le plaisir d’accueillir Chamindra Weerawardhana pour une conférence (en français) intitulée « Solidarités transféministes dans un contexte international peu solidaire ». La conférence avait lieu le 22 février 2018, 17h30, à l’UQAM (Salle DS1950, pavillon J.-A.-DeSève). Rafraichissements et grignotines offerts sur place.

Entrée libre, mais inscription requise par courriel : veronica.reqef@gmail.com

Pour voir l’événement Facebook : https://www.facebook.com/events/1956269374634372/

THÉMATIQUE DE LA CONFÉRENCE
Nous vivons dans un contexte international marqué par l’avènement de l’ère Trump et le renforcement des actions d’une extrême droite qui abandonne peu à peu sa position aux marges de la société afin d’y jouer un rôle central, bénéficiant de la normalisation de ses discours discriminatoires et haineux. En s’appuyant sur des exemples récents de transphobie au sein de l’armée américaine et du Parti travailliste britannique, la conférencière montrera comment la position déterminante d’une conception binaire du genre ‘homme – femme’ (dans cet ordre, favorisant l’homme) ou, plus précisément, l’opposition ‘homme cis – femme cis’, se trouve renforcée par ce contexte, à l’encontre de toute identités ou existences qui ne correspondraient pas à l’idéologie de la « différence des sexes ».

Face à de telles situations, il apparait d’une importance capitale de revisiter la thématique des solidarités féministes intersectionnelles, afin de favoriser un dialogue alimenté par les féminismes autochtones, les discours et activismes afroféministes et les épistémologies féministes provenant du « Sud global ». La conférence abordera ces questions en mobilisant un discours transféministe, qui reste peu compris et dont le potentiel s’avère marginalisé dans les milieux féministes internationaux.

LA CONFÉRENCIÈRE
Spécialiste des questions de politique internationale, des identités et politiques transgenres, de/s transféminisme/s et des intersectionnalités, Chamindra Weerawardhana est actuellement chercheuse associée au Centre for Gender, Feminisms and Sexualities de la University College Dublin.
De nationalité sri-lankaise, Chamindra a effectué ses études supérieures en France et au Royaume-Uni; elle détient un doctorat en science politique.
Membre du comité exécutif du Parti travailliste en Irlande du Nord, où elle est également chargée des affaires LGBTQI, elle milite aussi en lien avec la justice reproductive pour les personnes trans.
Son premier ouvrage, Decolonizing Peacebuilding, sera publié prochainement.

PUBLICATIONS RÉCENTES
Weerawardhana, Chamindra, 2018. ‘Profoundly Decolonising? Reflections on a Transfeminist Perspective of International Relations’. Meridians, 18:1, 184-213. https://muse.jhu.edu/article/679260
Weerawardhana, Chamindra, 2018. (à paraître) “What is it about ‘fuck off’ you don’t understand?” The NILRC and politics of the Left in Northern Ireland. Labour History.
Weerawardhana, Chamindra. 2018. (à paraître) ‘A Transfeminist perspective on development work’. Routledge Handbook on Development Studies.
Pour plus d’informations, veuillez visiter : www.chamindra-weerawardhana.net

La gouvernance autochtone au féminin

Le RéQEF était fier partenaire de l’école d’été « La gouvernance autochtone au féminin » qui avait lieu du 31 juillet au 11 août 2017 à l’UQAM et dont l’objectif était de mieux outiller des dirigeantes autochtones dans un milieu encore dominé par les hommes.

Cette école d’été a eu une belle couverture médiatique. Elle a été cité dans l’article « Neuf dirigeantes autochtones participent à une école d’été à compter de lundi » dans la revue L’actualité, le 30 juillet 2017 et a fait l’objet d’un reportage à l’émission News Montréal de la CTV, le 1er août 2017. L’école a également été mentionnée dans l’article « Leadership autochtone au féminin: par-delà le selfie » dans le journal Metro du 2 août 2017, dans l’article « Le leadership autochtone féminin » dans le journal Metro du 3 août 2017 et dans l’article « Leadership autochtone au féminin » dans les Actualités UQAM du 3 août 2017. Finalement, on la mentionne dans l’article « Passer à la reconnaissance universitaire » dans le Montréal Campus du 14 août 2017.