Livres, chapitres, articles

Entre justice pour les victimes et transformation des communautés : des alternatives à la police qui épuisent les féministes

L’article « Entre justice pour les victimes et transformation des communautés : des alternatives à la police qui épuisent les féministes », écrit par nos membres Laurence Ingenito (candidate à la maîtrise en sociologie à l’UQAM) et Geneviève Pagé (professeure de science politique à l’UQAM) a été produit à partir d’une recherche soutenue par le RéQEF.

Pour citer cet article : Laurence Ingenito, Geneviève Pagé« Entre justice pour les victimes et transformation des communautés : des alternatives à la police qui épuisent les féministes », Mouvements 2017/4 (n° 92), p. 61-75.

« Le sujet du féminisme est-il blanc? Femmes racisées et recherche féministe »

Des suites du colloque « Femmes racisées et recherche féministe au Québec » ayant eu lieu lors du 82e congrès de l’ACFAS, l’ouvrage collectif «Le sujet du féminisme est-il blanc? Femmes racisées et recherche féministe» a été publié aux Éditions du remue-ménage.

Continuer la lecture de « « Le sujet du féminisme est-il blanc? Femmes racisées et recherche féministe » »

« La traversée de la pornographie – Politique et érotisme dans l’art féministe » par Julie Lavigne, historienne de l’art, professeure au Département de sexologie de l’UQAM et membre du RéQEF

On associe d’ordinaire l’érotisme aux femmes et la pornographie aux hommes. Puis, il y a des œuvres comme Romance de Breillat ou Baise-moi de Despentes et Trinh Thi pour tout ébranler, pour faire voler en éclats ce postulat désuet. Depuis plus de vingt ans, une forme de « métapornographie » veut proposer une représentation de la sexualité des femmes sans l’objectiver ni l’essentialiser, loin du paternalisme et de la victimisation. Des artistes filment leurs propres relations sexuelles, réutilisent des images de l’industrie de la porno ou offrent des performances explicites, tout en se revendiquant féministes.

Continuer la lecture de « « La traversée de la pornographie – Politique et érotisme dans l’art féministe » par Julie Lavigne, historienne de l’art, professeure au Département de sexologie de l’UQAM et membre du RéQEF »