Communiqué – L’équité salariale ne devrait pas faire l’objet de marchandage

Montréal, le 9 septembre 2014 – Nous avons été troublé.e.s par un récent communiqué du Syndicat des employés et employées de l’UQAM (SEUQAM), lequel révélait que l’employeur demande au syndicat de renoncer à sa plainte en matière d’équité salariale. Nous comprenons que les deux parties sont en processus de négociation et c’est pourquoi nous nous permettons de leur rappeler que l’équité salariale est une obligation légale obtenue de hautes luttes par les groupes de femmes et les féministes de différents milieux.

Elle répare une profonde injustice historique faites à des générations de femmes dont on a dénigré l’apport réel dans le monde du travail. La cause en équité salariale soumise à l’arbitrage par le SEUQAM ne devrait pas faire l’objet de marchandage. Plus encore, nous encourageons les parties en présence à prendre toutes les mesures nécessaires au respect de la Loi sur l’équité salariale et à la mise en place d’un système de rémunération juste à l’égard des femmes qui forment par ailleurs la majorité du personnel de soutien de l’UQAM.

Des membres du Réseau québécois en études féministes (RÉQEF)

Renseignements :

Sandrine Ricci, coordonnatrice du RéQEF
514-987-3000 poste 5133
ricci.sandrine@uqam.ca

Télécharger le communiqué de presse en format pdf.