3e édition des Ateliers méthodologiques du RéQEF | Collaboration entre milieu associatif LGBTQ+ et milieu académique

Le 𝟏𝟔 𝐨𝐜𝐭𝐨𝐛𝐫𝐞 𝟐𝟎𝟐𝟎 avait lieu la 𝟑𝐢𝐞̀𝐦𝐞 𝐞́𝐝𝐢𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐝𝐞𝐬 𝐀𝐭𝐞𝐥𝐢𝐞𝐫𝐬 𝐦𝐞́𝐭𝐡𝐨𝐝𝐨𝐥𝐨𝐠𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬 𝐝𝐮 𝐑𝐞́𝐐𝐄𝐅 I 𝐂𝐨𝐥𝐥𝐚𝐛𝐨𝐫𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐞𝐧𝐭𝐫𝐞 𝐦𝐢𝐥𝐢𝐞𝐮 𝐚𝐬𝐬𝐨𝐜𝐢𝐚𝐭𝐢𝐟 𝐋𝐆𝐁𝐓𝐐+ 𝐞𝐭 𝐦𝐢𝐥𝐢𝐞𝐮 𝐚𝐜𝐚𝐝𝐞́𝐦𝐢𝐪𝐮𝐞 en ligne 𝐯𝐢𝐚 𝐙𝐨𝐨𝐦. Co-organisée par Marianne Chbat (Boursière postdoctorante du RéQEF 2019) et le RéQEF, cet atelier s’adressait aux étudiant·e·s dont les projets de recherche portent sur la maternité et/ou les sexualités non-normatives notamment avec des perspectives féministe, intersectionnelle et/ou queer.

APPEL À PARTICIPATION :


Lien vers l’évènement Facebook


Conférencières :
▷Marianne Chbat détient un doctorat en sciences humaines appliquées de l’Université de Montréal et réalise présentement un postdoctorat financé par le CRSH au département de travail social de l’UQO sous la supervision d’Isabel Côté, professeure en travail social à la même université. Elle est la lauréate de la bourse postdoctorale du ReQEF-concours 2019. En plus de sa recherche postdoctorale, elle est également chercheure affiliée sur le projet CRSH (2016-2023) SAVIE-LGBTQ portant sur les savoirs sur l’inclusion et l’exclusion des personnes LGBTQ et jeune chercheure à la chaire de recherche sur l’homophobie.
Ayant réalisé des recherches sur les expériences différenciées de jeunes gais et lesbiennes issu·e·s de la diaspora libanaise à Montréal ainsi que sur les articulations identitaires de mères exerçant de la violence, ses champs d’intérêts variés lient notamment les questions identitaires aux enjeux de genre, des sexualités, des maternités et de l’ethnicité dans une perspective féministe intersectionnelle.
En plus d’être impliquée dans la recherche, Marianne Chbat est également chargée de cours à l’UQO département de travail social où elle enseigne notamment les cours Diversité culturelle et intervention, ainsi que Intervention différenciée selon le genre.

Isabel Côté est professeure agrégée au Département de travail social de l’Université du Québec en Outaouais, membre régulière du RéQEF, de la Chaire de recherche sur l’homophobie (UQAM) et chercheure au Partenariat Familles en mouvance. Ses travaux de recherche portent essentiellement sur les pratiques familiales émergentes, notamment les familles qui ont des enfants nés grâce à la participation d’une tierce personne. Elle s’intéresse plus spécifiquement aux motivations des couples gais et lesbiens à concrétiser leur désir d’enfant à l’aide d’un donneur de sperme connu ou d’une gestatrice et à celles des hommes et des femmes qui acceptent de contribuer à la réalisation de ces projets parentaux. Ses projets de recherche visent également à mieux comprendre les représentations des enfants nés dans ces circonstances.

▷Chatty Ecoffey est la Coordinatrice de l’Association 360 (Genève, Suisse) et de son pôle Familles LGBTQ+. Elle est également la co-fondatrice de la Fédération genevoise des associations LGBT et de l’Association faîtière Familles arc-en-ciel des enfants nés dans ces circonstances.

▷Mona Greenbaum est la directrice générale et fondatrice de la Coalition des familles LGBT+. La Coalition milite pour les familles avec parents lesbiens, gais, bisexuels et trans.
L’organisme a comme travail principal de former les intervenant·e·s en milieu scolaire, dans les services sociaux, ainsi que dans les organismes communautaires. Jusqu’à maintenant, plus de 1000 formations ont été réalisées (40 000+ intervenant.es formé.e.s, 10 000+ trousses de ressources distribuées, dans toutes les régions du Québec), afin de sensibiliser les intervenant.e.s à la nécessité d’intervenir contre la violence homophobe et transphobe, l’hétérosexisme et le harcèlement basé sur l’expression de genre.
En 2010 Mona Greenbaum a reçu la Médaille de l’Assemblée nationale pour ses années d’activités militantes au sein de la communauté LGBT. En 2013, elle obtient le Prix Honoris du Gala Arc-en-ciel et en 2015, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec l’a reconnue comme étant l’une des 40 personnalités du Québec ayant eu un parcours exceptionnel de défense ou de promotion de droits humains. Elle est aussi consultante et formatrice pour l’Institut national de santé publique du Québec (l’INSPQ).