Ces femmes qui méritent d’être mieux connues

Par Yolande Cohen et Magda Fahrni

Ces 24 biographies sont le fruit du travail minutieux de Christine Chevalier-Caron, doctorante en histoire et de Sophie Doucet, docteure en histoire. Les auteures nous font découvrir 24 femmes qui ont vécu au Québec entre le début du XIXe siècle et la fin du XXe siècle.

Ce sont des femmes d’origines ethniques, religieuses et linguistiques diverses : femmes franco-catholiques, anglo-protestantes et juives, femmes autochtones et allochtones, femmes racisées et femmes issues de l’immigration. Elles sont nées dans différentes circonstances – certaines à la campagne, d’autres en ville, plusieurs à Montréal, beaucoup ailleurs, certaines en milieu bourgeois, d’autres en milieu ouvrier. Certaines, mais pas toutes, se sont mariées et quelques-unes étaient religieuses.

Ces 24 femmes ont eu une étonnante diversité de parcours. On trouve dans leurs rangs des militantes politiques, des journalistes, des écrivaines, des infirmières, des travailleuses sociales, des artistes et des syndicalistes.  Leurs contributions à la vie politique, économique, sociale et culturelle de la société québécoise sont d’autant plus impressionnantes tant les obstacles qui se dressaient sur leur chemin étaient importants. 

Certaines de ces femmes sont déjà bien connues des chercheuses et des étudiantes en histoire : pensons, par exemple, à Joséphine Marchand, Helen Reid, ou Mary Two-Axe Earley.  D’autres sont beaucoup moins connues, même des spécialistes : pensons, par exemple, à Marguerite LaMothe Thibaudeau, à Sœur Fafard (Mathilde Toupin-Fafard) ou à Maisie Dickinson Dash.  Les deux auteures de ces textes ont consulté des études en histoire et des biographies publiées et elles ont aussi dépouillé des archives manuscrites variées : journaux intimes, correspondance, procès-verbaux d’associations telles le Coloured Women’s Club, la Fédération nationale Saint-Jean-Baptiste ou encore le Victorian Order of Nurses.  Ces notices biographiques sont bien contextualisées, dans le sens où la vie racontée est toujours fermement ancrée dans une époque et un lieu donnés.  Si ces 24 biographies sont sans aucun doute d’un immense intérêt pour des étudiantes et des étudiants (en histoire, en études littéraires,  en sciences politiques, en arts, etc.), elles répondent également au désir de lectrices et de lecteurs de différents horizons de savoir davantage sur ces femmes qui, dans différentes mesures et toujours à leur manière, ont façonné la société québécoise de leur époque.


Chaque semaine nous vous dévoilons une biographie, voici les 2 premières :

Remerciements

Nous tenons ici à remercier Francine Descarries pour sa relecture attentive des textes et ses questions toujours pertinentes, ainsi que le RéQEF qui a accordé son soutien financier et logistique à la réalisation de cette recherche. Merci également à Lucille Ryckebusch pour sa contribution à l’édition des textes.