Table ronde « Art, web et féminismes »

Le 23 mai 2019, de 14h à 17h, aura lieu la Table ronde « Art, web et féminismes » au local N-7050, à l’UQAM. Co-organisée par le RéQEF et Julie Ravary-Pilon(Boursière postdoctorante du RéQEF 2018), cette activité sera précédée par la deuxième version des Ateliers méthodologiques du RéQEF.

La professeure Aleksandra Kaminska (communications, UdeM) animera la table ronde « Art, web et féminismes » sur l’histoire des activismes et des arts féministes sur le web. Cette activité réunira les professeures Joanne Lalonde (histoire de l’art, UQAM), Krista Lynes (communications, Concordia), Rosanna Maule (cinéma, Concordia) ainsi que l’artiste de performance et sculpture Algonquine Anishinaabe mixte et bispirituelle Faye Mullen pour une conférence-performance.

Cette activité bilingue, ouverte et accessible se veut un lieu de partages et de réflexions sur l’histoire de l’art cyberféministe, les potentiels du web pour la création artistique des femmes, les esthétiques des contestations (dissent) LGBTQI+ en ligne et hors ligne ainsi que la création numérique féministe en écrans. Les questions du public pourront être traduites sur place si nécessaire.

Si vous avez des besoins particuliers ou des besoins d’assistance au moment de l’évènement, n’hésitez pas à nous les communiquer avant le 20 mai 2019 à l’adresse suivante : lucille.reqef@gmail.com.

Consultez la carte sur l’accessibilité des lieux ici : http://carte.uqam.ca/#pointsdinteret/soutien_handicap

Animatrice :
Biographie : Aleksandra Kaminska est professeure adjointe dans le Département de communication à l’Université de Montréal, se spécialisant dans les études médiatiques (media studies), les arts médiatiques et la recherche-création. À l’UdeM elle codirige le laboratoire Artefact et le BricoLab, un nouvel espace de création est fabrication numérique. Elle termine actuellement le projet Nano-Verses, une collaboration avec artistes et scientifiques portant sur les matériaux nano-optiques. Un site web démontrant les différentes perspectives disciplinaires des participant·e·s est en production (nano-verses.com). Son premier livre est Polish Media Art in an Expanded Field (Intellect Press/University of Chicago Press, 2016).
Son site web : aleksandrakaminska.com

Conférencières :
Faye Mullen
Murs trans-spatiaux, cérémonie et résistances
Résumé : Recours à un exposé de type performance vidéographique, la déconstruction du mur se dessine à la fois comme sujet et objet d’une démarche artistique. Les frontières qui entourent les intersections d’identités, les seuils entre binaires poreux et spécifiquement la frontière qui distingue ce que l’on considère comme recherche/création seront abordées dans une perspective horizontale. L’intervention sera en orbite; une boucle abordant la question de pratique artistique en tant que Cérémonie. Une conférence interdisciplinaire sera donc envisagée comme acte de résistance décoloniale visant à construire des contextes transhistoriques + trans-spatiaux dans lesquels les identités, les diversités de genre et les sexualités multiples ne seront plus retenues.

Biographie : Faye Mullen s’appuie sur une sensibilité sculpturale combinant une pratique de recherche au geste performatif, au son et à l’image fixe et en mouvement. À travers une perspective d’Anishinaabe mixte, sa démarche tend vers l’horizontalité mettant en forme des imaginaires queers et des manières décoloniales de faire monde. Faye est titulaire d’un BFA de OCAD (Toronto) + ENSBA (Paris), est titulaire de maîtrises de UofT et du Fresnoy (Tourcoing). Son travail a fait l’objet d’expositions collectives et individuelles en Asie, en Australie, en Europe et à travers l’île de la tortue. Au sein de sa communauté, elle est sœur, tante, travailleuse de terre, écrivaine, travaillant actuellement comme soutien aux étudiant·e·s autochtones à Concordia et poursuit son doctorat à l’UQÀM en situant sa démarche avec Tiohtiá:ke/Montréal.
***
Joanne Lalonde
Cyberféminisme et activisme Web
Résumé : Le cyberféminisme est partie inhérente de l’activisme sur Internet. L’activisme Web désigne l’ensemble des actions de résistance politique, sociale ou féministe menées par les internautes dans un esprit de revendication et met donc à profit l’ouverture contributive des réseaux depuis le Web 2.0 dit participatif. Les modalités de cet activisme se déploient dans toutes les sphères du Web y compris celle des pratiques artistiques. La volonté commune à toutes ces manifestations demeure d’afficher ouvertement une résistance, une mise à distance critique face aux différentes formes de domination et de contrôle qui sont exercées par les diverses instances de pouvoir. Ma présentation sera l’occasion de faire un bref retour historique sur le cyberféminisme et d’exposer quelques œuvres emblématiques.

Biographie : Joanne Lalonde est professeure titulaire au département d’histoire de l’art de l’UQAM. Elle dirige l’équipe Archiver le présent (Subvention Savoir CRSH 2018-2022) et codirige le laboratoire NT2 UQAM. Ses recherches portent sur les pratiques d’art médiatique et numérique. Elle s’intéresse également aux représentations de genres et aux figures du métissage sexuel dans l’art actuel, aux modalités de l’interactivité dans l’art contemporain de même qu’aux méthodologies de la recherche sur les pratiques artistiques émergentes.
***
Krista Geneviève Lynes
Feminist and queer interventions: Thinking art and activism on and offline
Summary : Reading through a performative action by the Greek activist group, LGBTQI+ Refugees in Greece in 2017, this presentation explores the possibilities and limitations of the aesthetics of dissent, on and offline. It examines not only the performative possibilities of activist actions, but how feminist and queer social movements are imagined in and through the mediation, circulation and recursivity of digital space. It asks what new modes of visibility exist, where potential sites of networked solidarity may be found, and how such networks might enable new modes of political work.

Résumé : À la lecture d’une action performative du groupe d’activistes grecs Réfugié.e.s LGBTQI + en Grèce en 2017, cette présentation explore les possibilités et les limites de l’esthétique de la dissidence, en ligne et hors ligne. Elle examine non seulement les possibilités performatives des actions militantes, mais également la manière dont des mouvements sociaux féministes et queer sont imaginés dans et à travers la médiation, la circulation et la récursivité de l’espace numérique. Par cette présentation, nous nous demandons quels nouveaux modes de visibilité existent, où se trouvent des sites potentiels de solidarité en réseau et comment de tels réseaux pourraient permettre de nouveaux modes de travail politique.

Biographie : Krista Geneviève Lynes est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études féministes des médias et professeure agrégée au Département de communications de l’Université Concordia. Ses recherches portent sur la médiation des sujets politiques et de la vie sociale en situation de lutte politique. Sa monographie Prismatic Media, Transnational Circuits: Feminism in a Globalized Present (2012) examine la façon dont les différents médias visuels produisent une visibilité féministe dans des sites de conflit à travers le monde. Ses travaux ont paru dans Ada, Feminist Media Studies, Postmodern Culture, Signs, Theory & Event, et Third Text. Elle a également été commissaire de nombreuses expositions, dont World of Matter: Exposing Resource Ecologies (2015) et Stubborn Objects: Counter-Surveillance in a Posthuman Landscape (2016). Elle est fondatrice et directrice du Feminist Media Studio, un laboratoire basé à Concordia pour l’étude collective ainsi que les engagements féministes activistes et artistiques. Elle coédite actuellement une anthologie, qui paraîtra sous peu avec Transcript Verlag, intitulée Moving Images: Mediating Migration-as-Crisis.
***
Rosanna Maule
Gender Equity and Feminism on the Web : New Directions
Summary : Gender equity in the film industry has been an important subject on the Web during the past few years, inspired first by the debate about the lack of women directors at film festivals and more recently by the Me Too movement. Within Canada, this discussion has led to adopt a resolution to reach a 50/50 gender-balanced production in the funding system by 2020. Commenting on this resolution in its 2018 report, the Women and Film Television Vancouver identified some areas that still need to be improved to reach this goal, such as the inclusion of indigenous and all minorities women in the film industry, as well as more intersectional policies applied to actors, crew members, and critics. My presentation traces the implementation of the gender equity policy in Quebec since its launch in 2016, focusing on new directions that feminist organizations and activists are taking to address cultural inclusion in the film and media industry.

Résumé : L’équité entre les sexes dans l’industrie cinématographique a été un sujet important sur le Web au cours des dernières années, inspirée tout d’abord par le débat sur le manque de réalisatrices dans les festivals de cinéma et, plus récemment, par le mouvement Me Too. Au Canada, cette discussion a abouti à l’adoption d’une résolution visant à parvenir à une production équilibrée en 50/50 dans le système de financement d’ici 2020. Commentant cette résolution dans son rapport de 2018, la Women and Film Television de Vancouver a identifié certains domaines qui doivent encore être améliorés pour atteindre cet objectif, tel que l’inclusion des femmes autochtones et de toutes les minorités ethniques dans l’industrie cinématographique, ainsi que des politiques plus intersectorielles appliquées aux acteurs/actrices, aux membres de l’équipe et aux critiques. Ma présentation retrace la mise en œuvre de la politique d’équité entre les sexes au Québec depuis son lancement en 2016, en mettant l’accent sur les nouvelles orientations prises par les organisations féministes et les activistes pour lutter contre l’inclusion culturelle dans l’industrie du film et des médias.

Biographie : Rosanna Maule est professeure d’études cinématographiques à l’Université Concordia à Montréal. Elle est l’autrice de Digital Platforms and Feminist Film Discourse: Women’s Cinema 2.0 (Palgrave, 2016), Beyond Auteurism (Intellect, 2008) et la principale éditrice de In the Dark Room: Marguerite Duras et Cinema (Peter Lang, 2009). En collaboration avec Guylaine Dionne, elle vient de terminer un long métrage documentaire sur le rôle des réalisatrices dans la production de films de fiction à travers le monde. Elle est membre active de l’association internationale Femmes et histoire du film et du réseau Women’s Cinema Global, avec lequel elle a dirigé deux conférences internationales à Montréal en 2003 et 2016, respectivement. Elle travaille actuellement sur un livre sur les archives de films et de médias sur les femmes en tant que forme alternative d’historiographie féministe.